décembre 2015

women paris communeSS165BRwoman kicking cop van

jeudi 31 décembre 2015 :

Argentine (Guaymallén) : des employes municipaux s’en prennent à une banque pour des impayés (source : espagnol).

Cambodge (Phnom Penh) : des chauffeurs de bus licenciés pour avoir tenté de se syndiquer manifestent devant les bureaux de leur ex-exploiteur (source : anglais).

Égypte (Nag Hammadi) : des travailleurs du secteur de l’aluminium réclament leurs salaires impayés et se mettent en grève (source : Communisme Ouvrier).

France (Alsace) : des jeunes jouent au chat et à la souris avec la police, quelques voitures brûlées La nuit de la Saint-Sylvestre entre Thur et Doller s’est bien déroulée dans l’ensemble…
En termes de festivités populaires, les chiffres officiels font état d’une certaine baisse de régime en 2015.

Haïti (Port-au-Prince) : 1500 travailleurs licenciés réclament leurs indemnités et bloquent les accès à leurs anciens lieux d’exploitation (source : Communisme Ouvrier).

Israël (Jérusalem) : grève des éboueurs après l’annonce de 170 licenciements (source : Communisme Ouvrier).

Ouganda (Luanda) : les transports publics en grève depuis 2 semaines pour 9 mois de salaires impayés (source : Communisme Ouvrier).

mercredi 30 décembre 2015 :

Chine (Gansu) : le suicide d’une jeune fille après une accusation de vol à l’étalage portée par un businessman local enrage la population – le maire passé à tabac dans une émeute, des voitures retournées, etc. (source : anglais).

France (Loire Atlantique) : plusieurs départs de feu dans une prison pour mineurs (source : Brèves du Désordre).

lundi 28 décembre 2015 :

Algérie (Constantine) : affrontements entre les forces de l’ordre et des demandeurs de logement (source en francais).

Angleterre (Londres) : l’ancienne agence de frappe de la monnaie occupée par des gens en lutte mobilisés autour des problématiques du logement et du changement climatique (source : anglais).

Colombie (Facatativá, centre du pays) : affrontements dans une manif autour de la provision en eau courante (source : espagnol).

Togo (Wacem) : plus de deux mois de grève dans des cimenteries, propriété d’un groupe indien (source : Communisme Ouvrier).

samedi 26 décembre 2015 :

Birmanie : plusieurs manifestations après la condamnation à mort de deux birmans en Thaïlande pour le meurtre de deux ressortissants anglais (source : anglais). Il se peut que ce mouvement de mobilisations use du ressort nationaliste et qu’il se limite à la simple indignation, mais il est utile de rappeler plusieurs choses : que la Thaïlande bouddhiste est particulièrement à cheval sur la peine de mort (défendue y compris par les autorités religieuses), que les birmans souffrent en Thaïlande des pires formes d’exploitation et de discrimination, et que cette affaire, comme beaucoup d’autres, illustre la logique habituelle de la justice thaïlandaise, à savoir la désignation de boucs émissaires étrangers (des migrants pauvres des pays voisins) pour ce qui se passe sur son territoire. Il est fréquent que ce type de condamnations serve à couvrir les véritables responsables, parfois liés à la bourgeoisie locale ou aux forces répressives. Les prisons thaïlandaises sont remplies de migrants cambodgiens ou birmans, parfois condamnés à des longues peines pour des pécadilles, voire pour rien (Notes rédigées par Pi).

États-Unis (Indiana) : émeute après l’interdiction par la police d’une fête (source : anglais).

États-Unis (Kentucky) : “Effet Ferguson”, une foule de 2000 personnes envahit un centre commercial – pas d’arrestations (source facho en anglais). À peu près le même scénario dans le New Jersey, cette fois avec une foule d’environ 500 personnes (Vidéo sur lien en anglais).

vendredi 25 décembre 2015 :

France (Corse) : manifestations xénophobes à Ajaccio (source bourgeoise). Les événements survenus en Corse illustrent une tendance locale particulièrement forte à la xénophobie et au racisme (très porté sur les “arabes”, mais pas moins virulent pour d’autres populations). On éspère qu’ils pousseront les anti-auritaires intelligents à des réflexions poussées autour des questions identitaires, mais également en ce qui concerne la situation qui prévaut en Corse, au-delà des banalités gauchistes de base, comme celles que contient le communiqué du groupe Juifs et juives révolutionnaires (qu’on peut lire ici), qui reste très en dessous de son sujet.
Rappelons que la Corse a récemment obtenu un nouveau statut, et qu’y a eu lieu une poussée nationaliste importante, avec des discours et une mise en scène très particuliers (voir ici). Au grand dam des nouveaux défenseurs des cultures, nous avons le regret d’affirmer que ce qui est habituellement identifié comme des “traditions” issues d’une prétendue “culture” corse est de l’ordre de la réaction pure et dure. Il est évident que le développement des antagonismes contre les diverses formes d’autorité en Corse devra passer par la critique (théorique et pratique) de la logique clanique et chauvine extrêmement présente dans l’île, qui va de pair avec son utilisation par les mafias politico-criminelles, bien moins opposées qu’elles ne l’affirment parfois (quand cela sert leurs intérêts) à l’État francais. On peut s’en convaincre si l’on se penche sur les liens qu’entretiennent de nombreux politiciens rompus à l’exercice du pouvoir avec les clans corses, ou du rôle contre-révolutionnaire du “milieu” à différentes périodes de l’histoire récente (durant l’occupation et la collaboration avec les nazis, contre les syndicalistes marseillais dans les années 50, ou autour du SAC de Pasqua).
Pour qui connait un minimum la Corse, les événements d’Ajaccio ont tout de la normalité. Les violences contre les “arabes” y sont habituelles depuis des décennies, comme le discours qui exige des immigrés qu’en Corse, ils marchent tête baissée.
Si la misère économique (qui pousse les Corses à l’exil sur le “continent”) permet aux discours xénophobes de prospérer, c’est aussi la tolérance pour les logiques mafieuses et les petits arrangements (qui font de la Corse la région la plus meurtrière d’Europe) qui empêche la véritable solidarité de classe, en dehors des pseudo-appartenances : rappelons que les événements d’Ajaccio ont vu une partie de la population se solidariser des flics et des pompiers contre les méchants arabes des cités.
On ne saurait oublier que les oppositions, même en Corse, ont parfois été plus claires : notamment en septembre 2005 avec un important mouvement contre les privatisations, en lien avec ce qui se passait “sur le continent”, avec de nombreux actes typiques des mouvements à caractère semi-insurrectionnel (barricades, incendies, blocages des ports, camions coulés, grèves solidaires, détournement d’un ferry, occupation de la mairie de Bastia), et une identification claire des ennemis à combattre (dont les nationalistes corses).  (Notes rédigées par Pi et SF).

Mexique (Mexico) : marche dans Mexico pour les 43 disparus d’Ayotzinapa (source : espagnol). La marche est partie…d’une Cathédrale, pour se rendre…à la Basilique de la Vierge de Guadalupe, objet d’un culte catholique démesuré au Mexique et principal lieu de pèlerinage du pays. Après plusieurs tentatives de rencontrer le Pape, cette nouvelle initiative illustre certaines des limites idéologiques du mouvement. (Notes rédigées par Pi).

jeudi 24 décembre 2015 :

Belgique : Devinette. Dans quelles circonstances les briseurs de grève sont-ils légitimes, et les grévistes parfaitement dégeulasses ? (Éléments de réponse dans les Brèves du désordre).

Inde (Etat de l’Assam) : un policier lapidé à mort après une tentative d’arrestation d’un présumé voleur (source : anglais).

Népal (Kathmandou) : des habitant-e-s attaquent une station essence qui semble avoir manqué à certaines promesses – une arme dérobée par la foule, plusieurs arrestations (source : anglais).

mercredi 23 décembre 2015 :

Afrique du Sud (Johannesburg) : les éboueurs mettent fin à leur grève sauvage et remportent une victoire (source : anglais).

Birmanie (État Kachin) : libération par une armée “ethnique” de plusieurs opposants à un projet de mine de jade (source : anglais). Après des dizaines d’années de conflit, plusieurs groupes armés ont récemment signé un cessez-le-feu avec l’État birman dans le cadre du processus de “transition démocratique” actuel. D’autres continuent sur la voie de la lutte armée, avec des revendications d’indépendance ou d’autonomie de certaines régions autour des groupes “ethniques” qui y sont majoritaires. Tirant leurs revenus de l’extraction des ressources et du trafic de drogues, il est évident, comme ici, que les groupes armés ne sauraient être que des embryons d’État, opposés en tout aux intérêts des prolétaires. (Notes rédigées par Pi).

Mexique (San Isidro Los Laureles, État du Chiapas) : des villageois-e-s indien-ne-s récupèrent des terres expropriées et devenues propriétés privées (source : espagnol, sur le site de l’agence de presse gauchiste Desinformémonos).

mardi 22 décembre 2015 :

Argentine (Buenos Aires) : affrontements après 5 jours de blocage du principal aéroport du pays pour des salaires impayés (source : communiqué bien dégueu de l’AFP, en français). Voir une vidéo ici.

Birmanie (Sagaing) : la police tue une manifestante dans le cadre de mobilisations contre un projet de mine de cuivre (source : anglais). Le projet en question, défendu jusqu’au meurtre par la saloperie répressive, est géré par la multinationale chinoise Zanbao, également présente en Afrique, notamment dans la région du Katanga.

Cambodge (Bavet, province de Svay Rieng) : “anarchie”, la police débordée par des grévistes qui incendient un camion et partent à l’attaque (source : anglais). Si l’on en croit la source, seules deux usines restent en grève sur les 39 ayant participé au mouvement. Voir nos entrées des 17 et 21 novembre pour un suivi de la situation.

Canada (Montréal) : une boutique pour les bourges attaquée à la peinture couleur vomi (source : anglais, sur It’s Going Down).

Chili (Santiago) : affrontements dans une manifestation contre le Projet de réforme de l’Éducation (source : anglais).

Mexique (Tlalnepantla, banlieue de Mexico) : une manifestation de fonctionnaires exigeant leurs salaires impayés grandit après plusieurs arrestations lors d’une première mobilisation (source : espagnol).

lundi 21 décembre 2015 :

Cambodge (Bavet, province de Svay Rieng) : nombreuses arrestations dans des manifestations de grévistes des usines de confection – 8.000 d’entre eux/elles sont toujours en grève (source : anglais). Voir l’entrée du 17 novembre et les notes correspondantes sur cet important mouvement de grève.

Turquie : l’anarchiste Osman Evcan met fin à sa grève de la faim et obtient une victoire (source : communique en anglais de l’Anarchist Black Cross Istanbul sur le site 325).

samedi 19 décembre 2015 :

France (Nantes) : Joyeux Noël les keufs (source : blog Attaque).

France (Paris) : encore des Autolib crâmées, propriétés du groupe Bolloré, pilleur multinational de ressources et soutien de la gentrification (source : blog Attaque avec communiqué).

Inde (Visakhapatnam, État de l’Andhra Pradesh) : après la mort d’une étudiante dans des conditions suspectes, violentes manifestations sur un campus (source : anglais).

Mexique (Tlalnepantla, banlieue de Mexico) : une personne blessée par balles lors d’une intervention de la police au centre social occupé “Casa Naranja” (source : anglais, sur It’s Going Down).

Suisse (Genève) : manifestation énergique contre les réductions de budget dans la culture, quelques graff sympas, des bâtiments vandalisés (source : français).

vendredi 18 décembre 2015 :

France (Montpellier) : tensions dans le quartier de Bagatelle (source : l’affreux Midi Libre).

Israël (Béthléem) : heurts entres Pères Noël et l’armée (Vidéo).

jeudi 17 décembre 2015 :

Cambodge (Bavet, province de Svay Rieng, sud-est du pays) : 30 000 ouvrier-ère-s d’usines en grève sauvage pour une hausse de salaire (source : anglais). Il y a apparemment eu une volonté de s’en prendre directement aux entreprises, sans que l’on sache si cela a pris la forme d’actions concrètes. L’article est extrêmement intéressant car il précise que la grève n’a été déclenchée par aucun syndicat, chose plutôt nouvelle au Cambodge où les syndicats sont souvent proches des ONG (omniprésentes dans le pays) ou des partis politiques, et dont les dirigeants n’hésitent pas à négocier avec le Pouvoir autant que possible. Il est probable que les milliers d’ouvrier-ère-s, travaillant essentiellement dans la confection pour des sous-traitant-e-s des grandes marques de vêtements européenes et américaines, commencent à comprendre le petit jeu des syndicats, qui ne parviennent pas, même via la négociation et alors que la répression des grèves fait chaque fois des morts, à obtenir une hausse de salaire de 20 dollars. Le salaire de base demandé est de 148 dollars. Ceci dans dans un pays où les bureaucrates et entrepreneurs qui se sont assuré le contrôle du pays suite à la chute des Khmers rouges et de leur communisation forcée roulent en 4×4 importés, phénomène observable un peu partout dans le pays. (Notes rédigées par Pi).

France (Beauvais) : la prison détruite par les prisonniers avant leur transfert (tiré du blog Attaque).

France (Yvelines) : la police sort un nouveau joujou pour repousser une attaque

Mexique (Acapulco, État de Guerrero) : des retraités de l’Éducation bloquent deux avenues pour toucher leurs mensualités (source : espagnol).

Mexique (État d’Aguascalientes, centre-nord) : des étudiant-e-s d’une école normale rurale occupent l’Institut de l’Éducation de la capitale de l’État (source : espagnol). Voir notre entrée du 15 décembre pour des informations sur une première occupation.
Concernant les luttes qui impliquent les étudiant-e-s des écoles normales rurales, on apprend que les 22 étudiantes arrêtées le 7 décembre dans l’État de Michoacán ont été libérées (source : espagnol).

Mexique (Tila, État du Chiapas) : des indien-ne-s Chole décident en assemblée générale d’expulser les autorités municipales (source : espagnol). Voir notre entrée du jour précédent pour des informations complémentaires. Le lien contient une déclaration des habitant-e-s de Tila, adhérents à la Déclaration de la Selva Lacandona (du mouvement néo-zapatiste), où ils expliquent leur action, font une analyse du statut de leurs terres depuis 1909 et rappellent les luttes qu’ils ont mené.
On peut consulter une vidéo qui présente ce qui se déroule actuellement à Tila, sur ce lien (en espagnol). (Notes rédigées par Pi).

mercredi 16 décembre 2015 :

France (Draguignan) : une manifestation pro-kurde dégénère, un commissaire blessé (source : l’horrible Nice Matin).

France (Eure) : jets de pierres et policiers pris à partie à Vernon

France (Lille) : deux attaques contre la COP 21

Grèce (Maroussi, près d’Athènes) : 7 arrestations après la revendication par un groupe anarchiste de l’attaque des bureaux de Teiresias, la base électronique répertoriant les emprunteurs insolvables (source : anglais).
On pourra lire un très bon texte sur Non-Fides, avec conseils de cuisine, ici : Comment accomoder le banquier à la sauce d’Athènes.

Mexique (Tila, Chiapas) : des habitant-e-s indiens brûlent la Mairie et le bâtiment de la Sécurité Publique (source : espagnol). Les villageois-e-s du groupe Chole ont sorti les employés municipaux du bâtiment ainsi que les meubles qu’il contenait avant d’y mettre feu sur la place centrale. Ils réclament le respect d’un accord protégeant leurs terres, le transfert de la Mairie vers une autre localité et reprochent à la maire actuelle d’avoir fait couper des arbres dans les environs. (Notes rédigées par Pi).

mardi 15 décembre 2015 :

France (Besancon) : 20 bureaux vandalisés dans un bâtiment d’affaires (dans les Brèves du désordre).

Mexique (État d’Aguascalientes, centre-nord) : une centaine d’étudiant-e-s d’une école normale occupent une radio (source : espagnol). L’occupation de la radio en question a été décidée dans le but de mettre fin aux propos tendancieux du présentateur vis-à-vis du mouvement des étudiant-e-s des écoles normales rurales.

Roumanie (Bucarest) : un millier de bergers furieux pénètrent dans le Parlement (source : français). Les bergers se mobilisent contre une “la loi récemment adoptée qui interdit de faire pâturer le bétail de décembre à mars et limite le nombre de chiens gardant les troupeaux”. On apprend sur ce lien vers un article en anglais  que la police a dispersé les manifestants à coups de gaz lacrymogène. “Je suis né entre les moutons et nous allons couper la tête des législateurs” (un berger interviewé apparemment à chaud).

Thaïlande : un homme risque 37 ans de prison pour s’être moqué du chien du Roi sur facebook (source : français). Le monarque thaïlandais est monté sur le trône il y a 69 ans. Il est le roi le plus riche au monde, avec une fortune estimée à 26 milliards de dollars. Toute critique exprimée contre lui est férocement condamnée, dans un pays où les habitant-e-s sont élevé-e-s dans le culte absolu de la monarchie et du seul Roi qu’ils ont pour la plupart connu de leur vivant. Les références monarchiques sont omniprésentes au quotidien : les thaïlandaise-s portent massivement un bracelet orange au poignet en hommage au Roi ainsi qu’un t-shirt jaune le lundi (la reine a également son jour et son t-shirt, de couleur bleue), le portrait du monarque figure dans tous les lieux de vie, la propagande est présente sur les murs, à la télévision, dans les journaux, et l’essentiel de l’Histoire enseignée à l’école concerne la monarchie.
L’incroyable culte de la personnalité du roi thaïlandais trouve ses origines dans la tradition du Dieu-Roi propre au bouddisme Theravada, la religion d’État des régimes monarchiques du sud-est asiatique (Birmanie, Laos, Cambodge) établis dans les régions de plaines rizicoles. Il a été remis au goût du jour et modernisé en fonction des besoins de développement capitaliste du pays et de contrôle étroit des populations après la seconde guerre mondiale, avec en même temps la promotion d’un fervent nationalisme. La Thaïlande, qui n’a jamais été colonisée (à la différence de ses voisins), a servi de base-arrière à la CIA durant la période de la guerre froide, et a connu un flux de capitaux étrangers (japonais et américains), qui a permis la modernisation de sa structure économique, et le développement de nouveaux rapports d’exploitation (via l’exode rural et le salariat).
Ce qu’écrit André Dréan concernant la Chine dans sa critique de la grille de lecture réductionniste des communisateurs et de certain-e-s marxistes Bref voyage au royaume des mandarins de la communisation s’applique parfaitement à la Thaïlande : en Chine comme ailleurs, les aliénations parfois millénaires ne sont pas automatiquement éliminées par l’accumulation et l’extension du capital mais bien souvent reconduites, en partie du moins, transformées et intégrées à l’actuel mode de domination, tel qu’il existe dans l’histoire profane et non pas dans celle, imaginaire, née dans la tête du dernier carré des gardiens de l’orthodoxie. Le bouddhisme Theravada tel qu’il est pratiqué en Thaïlande place le Roi à un statut supérieur à celui du Bouddha, tout en haut d’une pyramide hiérarchique qui définit précisément la place de chaque individu dans la société. Pour celles et ceux qui lisent l’anglais, l’ouvrage “The King never smiles” (“le roi ne sourit jamais”) de Paul M.Handley, est absolument essentiel pour comprendre les tenants et aboutissants du culte du Dieu-Roi en Asie du sud-est, qui cohabite très bien avec les rapports capitalistes modernes, d’autant qu’il sert à les légitimer (comme à légitimer l’ordre des choses dans son intégralité). C’est à ma connaissance le seul ouvrage qui aborde cette question fondamentale en détails, et qui fournisse des clés pour la compréhension du “pays du sourire” aujourd’hui. On peut rappeler que les courants de guérilla communiste présents en Thaïlande dans les années 70 et alignés sur la Chine ne se sont jamais attaqués directement à la personnalité et au statut du Roi. Pas plus que ne le font les courants politiques émergents d’aujourd’hui (“chemises rouges”) qui se donnent un vernis de contestation pour accéder au pouvoir via la mobilisation des habitant-e-s des campagnes. Leur leader en exil, Thaksin Shinawatra, est un magnat richissime, ancien colonel de police et ex-Premier ministre (dont la “guerre contre la drogue” a fait de 2000 à 3000 morts dans des éxécutions extra-judiciaires en 2003). Les contradictions du processus politique actuel et de l’affrontement entre les factions politiques désignées sous les termes de “chemises jaunes” et de “chemises rouges” révèlent bien sûr des contradictions et des antagonismes de classe, mais qui demandent à être déplacés en-dehors du jeu politique par les prolétaires eux-mêmes, sans quoi toute opposition se condamne à la reproduction de ce qui est proposé actuellement (à savoir les relations sociales propres à un modèle ultra-libéral et ultranationaliste coiffé par une monarchie millénaire).
Ces quelques notes seront étoffées à l’avenir. (Notes rédigées par Pi).

lundi 14 décembre 2015 :

Cambodge (Phnom Penh) : des habitant-e-s du district de Borei Keila jettent un sort aux autorités et répandent une décoction maison autour de la Mairie de quartier (source : anglais). En 2012, puis en 2014, les habitant-e-s de plusieurs quartiers de Phnom Penh ont été expulsé-e-s des terrains sur lesquels ils étaient installé-e-s, après plusieurs batailles (légales et extra-légales). Ceux et celles qui sont mobilisé-e-s aujourd’hui (comme depuis le début de l’affaire ce sont surtout des femmes) s’étaient vu-e-s promettre des logements dans des immeubles neufs…sauf que les immeubles neufs ont été construits pour être loués, alors qu’on leur a “proposé” de quitter les lieux.
Les personnes mobilisées ont répandu autour de la mairie un agréable met local. Recette :  sang de poisson et de cochon, résidus alimentaires, alcool de riz, sable, cendres et piment. Le sort est censé faire perdre la face aux responsables, et accessoirement provoquer leur mort accidentelle. Malgré la répression habituellement monstrueuse des autorités, il faudra bien que des actes conscients viennent compléter ces menaces mystiques plutôt légitimes, sans quoi la bataille risque d’être une nouvelle fois perdue. Durant les mobilisations précédentes, la répression avait été sévère : avec entre autres plusieurs femmes, dont une de 75 ans, condamnées à de la prison ferme (article en français), tout comme les conséquences de l’expulsion (un article évoque le cas de femmes forcées de vendre leurs cheveux après la porte de leur logement et de leur emploi ; un autre, en anglais, parle du recours de certaines à la prostitution). (Notes rédigées par Pi).

Cambodge (Poipet, province de Banteay Meanchey, nord-ouest) : l’organisateur d’une manifestation contre des expulsions arrêté (source : anglais). Une cinquantaine de personnes de cette ville-misère, située dans une des régions le plus longtemps contrôlées par les Khmers rouges, et vivant essentiellement du commerce transfrontalier avec la Thaïlande, ont défilé dans les rues de la ville en promenant un personnage décapité. Il s’agirait de la douzième manifestation illégale de ce type menée par ces habitant-e-s menacés d’expulsion dans le cadre d’un projet de ligne ferroviaire.
Nous avions déjà rédigé une note à l’issue de troubles dans cette même ville : elle est consultable à l’entrée du 25 mai 2015. (notes rédigées par Pi).

Éthiopie (région d’Oromia) : 5 personnes tuées dans des manifestations contre la mise en place d’une zone d’affaires sur des terres du groupe autochtone Oromo (source : anglais). On trouve également des articles en français depuis ces derniers jours, comme celui-ci (cliquer sur le lien) (avec photos et vidéos), où l’on apprend que la répression récente du Pouvoir aurait fait 75 morts dans cette région proche de la capitale, Addis Abeba. Pour en apprendre un peu plus, on pourra consulter cet article de France 24, qui évoque ce qui oppose les Oromos au gouvernement, avec pour toile de fond une politique d’accaparement de terres dans le but d’étendre la capitale. Un article du Monde Diplomatique, très factuel, fournit également des informations intéressantes sur la situation. (notes rédigées par Pi).

France (Mesnil-Amelot) : un expulsable se révolte dans un centre de rétention, et empêche son expulsion vers l’Algérie (sur le blog Attaque).

dimanche 13 décembre 2015 :

Allemagne (Leipzig) : manifestations contre les fascistes et affrontements (photos et vidéos) (source : français).

Angleterre (Winchester, Hampshire, sud du pays) : émeute en prison, 5 matons blessés ainsi qu’une infirmière (source : anglais). Comme après l’émeute évoquée dans notre entrée du 2 décembre (à Chemsford), les prisonniers ont été transférés vers un autre lieu d’enfermement.

Brésil : manifestations dans plusieurs villes du pays pour la destitution de la Présidente, dont le gouvernement est accusé de corruption (source : anglais).

France (Avignon) : la police attaquée par une douzaine de personnes après une intervention (source : français).

France (Caen) : échauffourrées entre jeunes et la police (source : français).

France (Osny, 95) : 8 fourgons de transfert de la taule partent en feu (sur le blog Attaque)

Mexique (État de Michoacán) : des soutiens aux étudiant-e-s arrêté-e-s bloquent une route de la région de Tierra Caliente pour exiger leur libération (source : espagnol). Voir nos entrées des 7 et 9 décembre pour un suivi de l’affaire.
Selon cet autre article, les 30 étudiants détenus le 7 ont été transférés vers une prison d’Hermosillo, la capitale de l’État de Sonora, à l’éxtrême nord du pays, où ils devraient rester enfermés avant de devoir répondre aux accusations contre eux.
Quant aux 32 étudiantes arrêtées le même jour, elles sont dorénavant enfermées dans l’État de Morelos (centre-sud). (notes rédigées par Pi).

samedi 12 décembre 2015 :

Algérie (Rouiba) : des ouvriers vietnamiens en grève contre leur employeur chinois, ils demandent à rentrer chez eux (source : français, sur la page Communisme Ouvrier).

Allemagne (Hambourg) : les bureaux de Facebouc vandalisés (source : anglais). Les murs, à la différence de Facebook, permettent à leurs utilisateurs d’exprimer des avis tranchés : “Facebook : je n’aime pas”.

États-Unis (San Francisco, Californie) : des lycéen-ne-s et des étudiant-e-s quittent les cours et manifestent après le meurtre d’un jeune par la police (source : anglais). On trouvera quelques photos sur ce lien.

France (Caen) : compte-rendu d’une manif contre l’état d’urgence (article relayé par le site caennais Sous la Cendre)

France (Lunel, 34) : jets de pierres contre les pompiers dans le quartier de la Rouquette (source : français).

France (Paris) : manif contre la COP21, quelques distributeurs de billets abîmés (sur Cette Semaine).

France (Saint Denis, 93) : un camion satellite retransmettant la COP21 part en flammes (source : français, sur Cette Semaine).

France (Thorigny-sur-Marne) : 5 ados arrêtés après avoir volé des drapeaux francais sur un monument aux morts en centre-ville et les avoir mis en feu (source : français).

Grèce (Korydallos) : des prisonniers en grève de la faim et de soins (source : anglais, sur Insurrection News).

vendredi 11 décembre 2015 :

Afrique du Sud (Pietermaritzburg, KwaZulu Natal) : une cinquantaine de grévistes arrêtés après 5 jours de mobilisation (source : anglais). Voir notre note du 7 décembre pour des infos supplémentaires sur ce conflit.

France (Paris) : le dispositif de sécurité mis en place pour l’État d’urgence semble avoir quelques failles…même en plein Paris (source : français, sur Cette Semaine).

Mexique (Ciudad Juárez, État de Chihuahua, nord du pays) : 90 ouvrier-ère-s licencé-e-s par Lexmark après le mouvement de grève récent (source : espagnol). Voir notre entrée du 8 décembre pour des informations sur le mouvement de grève.

jeudi 10 décembre 2015 :

Chine (Wuhan) : plusieurs jours de manifestations contre une usine de traitement des déchets et des affrontements avec la police (source : anglais).

France (Dieppe) : des migrants tentent d’embarquer pour l’Angleterre et affrontent les flics (source : français, blog Attaque).

France (Haut Doubs) : incendie “sans doute criminel” dans une école (une critique en actes de la notion réformiste d’éducation ?)

mercredi 9 décembre 2015 :

Afrique du Sud (province de Gauteng) : des commerces pillés après l’expulsion d’un squat – 11 personnes arrêtées  (source : anglais).

France (Albi) : des policiers caillassés dans le quartier de Cantepau (source : français). “Les policiers du commissariat d’Albi ont en clairement ras-le-bol . Marre de se faire agresser de façon récurrente lors de leurs interventions. Ils en ont assez d’être pris pour cible pendant leurs interventions dans certains quartiers de la ville.”

Madagascar (Toamasina) : grève des employés de la Mairie, affrontements avec la police (source : français). Toamasina est la deuxième ville et le premier port de l’île.

Los policías retenidos por los maestros en Chiapas. Foto: Isaín Mandujano

Mexique (Chiapas) : membres des forces de l’ordre pris en otage

Mexique (État du Chiapas) : affrontements entre les enseignant-e-s mobilisé-e-s contre leur évaluation et les flics, ces derniers reculent et 4 d’entre eux sont pris en otage  Les enseignants, qui étaient semble-t-il plus de 50 000 ont fait reculer les flics, ont brûlé des fourgons, saisi de l’équipement et pris 4 membres des forces de l’ordre en otage pour faire libérér 6 de leurs compagons arrêtés durant les manifestations. Les flics ont été exhibés publiquement, un tissu sur les yeux. Un accord a été trouvé par la suite et l’échange des prisonniers effectué.
Un enseignant a par ailleurs trouvé la mort après avoir été percuté par un camion lors de la mobilisation (Notes rédigées par Pi).

Mexique (État de Michoacán) : réactions aux arrestations du 7 décembre, occupation des mairies de 20 communes Ces réactions fuit suite aux arrestations que nous évoquions dans notre entrée du 7 décembre (voir ci-dessous). Les étudiant-e-s arrêté-e-s ont été transféré-e-s dans des prisons d’autres États du Mexique. (notes rédigées par Pi).

mardi 8 décembre 2015 :

Allemagne : des renards libérés (source : anglais). Cette action a été menée par l’ALF dans le but de faire fermer un centre de dressage de chiens de chasse.

Cambodge (Phnom Penh et province voisine de Kandal) : manifestations de travailleurs devant deux usines de confection contre leurs conditions de travail et les mesures anti-syndicales des entreprises (source : anglais). La confection est un des secteurs d’activité principaux de ce petit pays d’Asie du sud-est (15 millions d’habitant-e-s). La politique économique du gouvernement de Hun Sen attire les investisseurs étrangers (notamment les grandes marques de vêtement qui sous-traitent leur production) en maintenant extrêmement bas les salaires des travailleurs (grosso modo 100 dollars pour une cinquantaine d’heures de travail hebdomadaires). Voir nos entrées concernant le Cambodge les 29 novembre, 18 octobre, 27 septembre, 09 juillet et 25 mai de cette année (notes rédigées par Pi).

États-Unis (Yucca Valley, Californie) : des adolescent dans une émeute, ils saccagent leur école (source : anglais).

Grèce (Idomeni, nord du pays) : des migrants ne pouvant pas passer en Macédoine bloquent une ligne ferroviaire

Inde (Uttar Pradesh) : émeute de travailleurs migrants après le lynchage par des jeunes d’un migrant  (source : anglais).

Irlande (Dublin) : brève occupation de la Banque d’Irlande par des manifestant-e-s mobilisés contre l’austérité (source : anglais).

Mexique (Ciudad Juárez, État de Chihuahua) : grève dans une usine Lexmark (source : espagnol). Les ouvrières et ouvriers de l’usine demandent de meilleurs salaires, de meilleures conditions de travail (ils dénoncent le harcèlement sexuel dont sont victimes les femmes et l’absence d’equipements de protection). Sont également dénoncés les prix de la nourriture à la cantine.
Nous avions déja donné quelques informations concernant des mobilisations dans la ville de Ciudad Juárez le 4 novembre. Il s’agit de la ville frontalière avec les États-Unis connue pour ses féminicides, son climat de violence et de gangs, et ses maquiladoras, des usines de sous-traitance dont la production est destinée aux États-Unis, profitant des bas salaires du Mexique. Il y aurait environ 390.000 personnes employées dans ces usines à Ciudad Juárez. (notes rédigées par Pi).

Mexique (État de Mexico) : des habitant-e-s manifestent contre des coupures d’eau et bloquent une autoroute importante menant à la capitale (source : espagnol).

lundi 7 décembre 2015 :

Afrique du Sud (Pietermaritzburg, KwaZulu Natal) : une centaine d’employés municipaux en grève pour obtenir des contrats permanents (source : anglais).

Haïti (Thomassique) : incendie de la douane après le meurtre par des douaniers de deux chauffeurs de camions (source : français).

Népal (Makawanpur, sud du pays) : des habitant-e-s affrontent les flics après la destruction d’un champ de cannabis (source : anglais).

Mexique (État de Michoacán) : 50 arrestations d’étudiant-e-s de l’école normale de la communauté indienne de Cherán après le blocage d’un péage et la saisie de plusieurs autobus. D’autres articles font état de chiffres supérieurs. Une vidéo est disponible sur cette page Facebook, et quelques photos sur ce lien.
Les réactions n’ont pas tardé : des soutiens ont manifesté devant la mairie de la capitale de l’État, Morelia, où ils ont brûlé des pneus (voir quelques photos sur ce lien).
Pendant ce temps, dans l’État voisin de Guerrero, des familles des 43 étudiants disparus l’an dernier sont allés à la rencontre de communautés indiennes de la région appelée La Montaña pour qu’elles se joignent à leur lutte (voir ce lien). Ces communautés envoient fréquemment leurs enfants étudier dans les écoles normales rurales, qui ont été historiquement des foyers gauchistes ou des mouvements armés.
Dans une de ces écoles rurales, cette fois dans l’État de Zacatecas, au nord du pays (et assez envahie par le narco-traffic), des étudiants font grève depuis une semaine pour protester contre l’abandon des bourses publiques pour les étudiant-e-s les plus pauvres.

À Oaxaca, au sud du pays, 6200 enseignants de la Section 22 se mobilisent au Zócalo (la place centrale de la capitale de l’État) et bloquent une autoroute pour percevoir leurs salaires impayés.
Toujours dans le sud du pays, dans l’État voisin du Chiapas, des enseignants continuent leur mobilisation massive contre leur évaluation. Il y a eu des affrontements au cours de la journée.

Enfin, dans l’État de Puebla, a eu lieu à Cuetzalán une rencontre entre des délégués de 20 communes indiennes, qui ont décidé de s’opposer aux projects hydroélectriques, miniers et de fracking sur leurs terres. (notes rédigées par Pi à partir des sources en espagnol).

dimanche 6 décembre 2015 :

Afrique du Sud (Limpopo) : des habitant-e-s en conflit avec une mine (ils demandent des emplois) brûlent des dizaines de véhicules (source : anglais).

France (Toulouse) : attaque incendiaire contre EDF (source : français, blog Attaque).

Grèce (Athènes) : des anarchistes affrontent la police en mémoire d’Alexis Grigoriopoulos tué il y a 7 ans (source : anglais).

samedi 5 décembre 2015 :

Guinée (Siguiri, nord-est du pays) : les habitants d’une zone aurifère refusent un recensement de leurs habitations et affrontent les forces de l’ordre (source : français).

Italie (Venise) : des anarchistes organisent une manif sauvage et affrontent les flics (source : anglais).

La Réunion : la mairie annexe de Saint-Gilles-les-Hauts cible de vandales (source : français).

vendredi 4 décembre 2015 :

Côte d’Ivoire : Violentes manifestations à l’Université Houphouët-Boigny de Cocody (source : français).

France (Nantes) : une manifestation contre l’état d’urgence se termine en affrontements (source : français).

Grèce (Athènes) : la police arrête sept personnes soupconnées d’avoir participé à des affrontements la nuit précédente à Exarchia (source : anglais).

Mexique (État de Guerrero) : le mouvement des enseignants contre leur évaluation continue – manifestation et quelques dégâts dans un bâtiment du congrès de la capitale de l’État (source : espagnol).

Mexique (État de Oaxaca) : un dirigeant Triqui assassiné (source : espagnol). Les Triqui sont un groupe indien qui vit dans la zone appelée la Mixteca (où les Mixtèques sont la majorité), au nord-ouest de l’État de Oaxaca. Ils luttent depuis des décennies, au sein de deux organisations dont la rivalité a de nombreuses fois marqué les esprits. Il s’agit du MULT et de l’Ubisort. Ces deux organisations sont actuellement en négociations pour un accord de paix. Le dirigeant assassiné faisait partie du MULT. Les membres de l’organisation accusent un groupe paramilitaire proche du PRI (Parti Révolutionnaire Institutionnel). L’article rappelle qu’en 34 ans de lutte, plus de 350 militants Triqui ont été assassinés. (notes rédigées par Pi)

Russie : les routiers se mobilisent contre une taxe favorisant un oligarque et menacent de bloquer Moscou (source : français).

jeudi 3 décembre 2015 :

États-Unis (Minneapolis) : brève occupation de la Mairie par des manifestant-e-s mobilisés contre les meurtes policiers (source : anglais).

Grèce (Athènes) : affrontements au deuxième jour de grève générale (VIDÉO) (source : anglais).

Tunisie (Sfax) : manifestations et affrontements au deuxième jour de grève d’employés de la municipalité (source : français).

mercredi 2 décembre 2015 :

Algérie (Alger) : affrontements à Dergana contre une opération de démolition (VIDÉO) (source : français).

Allemagne (Butzbach, Hesse) : des prisonniers en grève de la faim (source : français, article relayé par Indymedia Nantes).

Angleterre (Chelmsford) : émeute en prison, six matons blessés dans 7 altercations avec une vingtaine de prisonniers (source : anglais). Dix prisonniers ont été transférés à la suite de l’émeute.

Ghana (Volta) : la police tue un manifestant dans des affrontements autour de mobilisations contre l’installation d’une entreprise dans la lagune de Keta (source : anglais).

mardi 1er décembre 2015 :

Afrique du Sud (Johannesburg) : des éboueurs en grève tirent sur des jaunes (source : anglais)

Algérie (Rouïba, wilaya d’Alger) : “climat insurrectionnel” provoqué par les ouvriers en grève qui réclament le versement de leur salaire (source : français). Et un récit de la journée (affrontements et répression), tiré d’un autre journal, toujours en français.

Brésil (Sao Paulo) : un bilan du mouvement actuel d’occupations d’écoles publiques (source : anglais). Un autre article en anglais fait état d’affrontements avec les flics dans une manifestation contre un projet de réformes de l’éducation

France (Calais) : affrontements entre des migrants et la police, 10 policiers légèrement blessés (source : français)

Kenya (Busia) : un adolescent tué par la police à la suite d’un mouvement de foule contre la perquisition d’un commerce (source : anglais).

Macédoine (frontière avec la Grèce) : de nouveaux affrontements entre des migrants et la police (source : anglais)

Maroc (Fès) : affrontements et 5 arrestations à l’Université (source : français). Un article tiré de la presse traditionnelle évoque le climat sur le campus (“dernier repère de la gauche radicale”), où des étudiants “basistes” (Quaidiyine) affrontent régulièrement les islamistes.

Mexique (État de Morelos, centre-sud) : la police brûle 14 stands de vente de nourriture sur un marché, quelques heurts et plusieurs blessés (source : espagnol)

Zambie (Chipata) : affrontements durant l’expulsion d’occupants illégaux d’un terrain (source : anglais)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

*