février 2016

basel 18 9 15SS166TR

womans face w door for eye

lundi 29 février 2016 :

Égypte (Le Caire) : après des violences de la part de policiers, des médecins donnent des soins sans faire payer (lien en anglais). Un syndicat de médecins est toutefois impliqué dans l’affaire (reste à savoir dans quelle mesure).

France (Calais) : résistance à l’expulsion de la “jungle” (article des Brèves du désordre).

samedi 27 février 2016 :

Brésil (Sao Paulo) : des travailleurs licenciés occupent des usines et demandeur le versement de leur salaire (lien en anglais).

États-Unis (réserve de Pine Ridge, Dakota du Sud) : affrontements avec la police lors de la 43ème commémoration du massacre de Wounded Knee (lien en anglais sur It’s Going Down).

États-Unis (Salt Lake City, État de l’Utah) : la police tire sur un adolescent noir “armé” d’un manche à balai – émeute en réponse – l’adolescent, atteint de 4 balles, est dans le coma (lien en anglais avec photos et vidéo).

vendredi 26 février 2016 :

Mexique (Mexico) : une intervention de police dans le quartier chaud de Tepito rencontre l’opposition d’habitants du quartier (lien en espagnol avec photos et vidéos).

Papouasie-Nouvelle Guinée : 11 prisonniers tués par balles dans une tentative d’évasion (lien en français). 60 prisonniers ont été plus chanceux et ont réussi à fuir malgré l’horreur de l’intervention policière contre cette tentative d’évasion, qui a fait 17 blessés en plus des 11 morts. Il y a eu plusieurs évasions massives de cette même prison depuis 2009.

Tchad : manifestations et répression sanglante dans plusieurs villes du pays après le viol collectif d’une jeune femme par des fils de dignitaires du régime d’Idriss Déby (lien en français). Voir sur le même site cet autre article, avec photos et vidéos.

Thaïlande (province de Samut Sakhon, centre du pays) : les 1,100 travailleurs en grève d’une usine remportent une victoire après 3 jours d’arrêt de travail (lien en anglais). La province de Samut Sakon, proche de Bangkok et où se trouve l’un des grands ports de Thaïlande, est l’une des principales concentrations ouvrières du pays, et héberge certains des plus grands groupes mondiaux de distribution de fruits de mer. Les travailleurs impliqués dans la grève sont des travailleurs migrants venus essentiellement du Myanmar voisin, et dont les conditions de vie et d’exploitation en Thaïlande sont assez atroces. Les grévistes ont obtenu le paiement d’impayés et une hausse de salaire. (Note rédigée par Pi).

jeudi 25 février 2016 :

Afrique du Sud (Durban) : des travailleurs en grève contre la sous-traitance barricadent un accès à l’Université, attaquent des voitures et retournent un véhicule de la sécurité (lien en anglais).

Afrique du Sud (province de Pretoria) : deux campus ferment leurs portes après des manifestations autour des questions des langues enseignées et des frais d’inscription (lien en anglais).

France (Rennes) : grève de la faim au centre de rétention après une fausse-couche et une tentative de pendaison (tiré de l’excellent site Lignes de force, du compagnon Claude Guillon).

Mexique (Mexico) : des flics en civil armés interviennent sur le campus de l’UNAM et embarquent un compagnon…il réapparaît quelques heures plus tard en détention, puis est transféré dans une prison de l’État de Sonora, à 2,ooo km (communiqué de l’Okupa Che, en espagnol, sur le site de la Croix Noire Anarchiste). Les autorités (avec le relais logique d’une partie de la presse) accusent la personne en question, “El Yorch”, de vente de drogue sur le campus. Tout le monde sait qu’il vend des tacos à la fac depuis des années, et qu’il ne s’agit là que d’un nouvel épisode de la répression visant les activités anti-autoritaires sur les campus de la capitale, avec la complicité de l’administration de l’Université. Il y a eu plusieurs événements très violents ces dernières années, et l’Okupa Che, le bâtiment occupé au sein de l’Université ici visé, est régulièrement pris pour cible par les autorités.
Des étudiants ont réagi en bloquant le campus (voir ici), et en brûlant un véhicule appartenant à la sécurité de l’Université (voir ce communiqué, tiré du site Iconoclasia, difusión anarquista por la guerra social). (Notes rédigées par Pi).

Pérou (Lima) : répression contre des manifestants mobilisés contre l’accord Transpacifique (lien en anglais). Voir une première note le 5 février, en bas de cette page.

mercredi 24 février 2016 :

Afrique du Sud (État-Libre) : les cours suspendus après l’incendie d’une statue en réponse à une attaque contre des manifestants noirs (lien en anglais).

Afrique du Sud (Le Cap) : quelques dégâts au troisième jour de mobilisations contre la sous-traitance sur le campus de l’UWC (lien en anglais).

Afrique du Sud (Mahikeng, province du Nord-Ouest) : le campus, transformé en “zone de guerre” fermé pour une durée indéterminée après les incendies de plusieurs bâtiments, d’un véhicule de la sécurité et de la résidence du gardien d’un dortoir (lien en anglais). Voir une vidéo ici.

Afrique du Sud (Tongaat, province du KwaZulu-Natal) : des chauffeurs de taxi bloquent la circulation après l’arrestation d’un collègue pour avoir intimidé un briseur de grève (lien en anglais).

États-Unis (Colorado) : un participant au mouvement Occupy de Denver tue un assistant du sheriff venu l’expulser (lien en anglais). L’homme a malheureusement été tué dans la fusillade (dans laquelle ont été blessés deux autres représentants de l’ordre).

Géorgie (Tkibuli) : des centaines de mineurs en grève depuis 2 semaines attaquent le QG de leur entreprise, des étudiants se mobilisent en solidarité (lien en anglais).

Inde (New Delhi) : des étudiants mobilisés après le suicide d’un étudiant Intouchable affrontent la police et crient des slogans contre l’État-nation (lien en anglais). Voir notre note du 18 janvier en cliquant ici.

mardi 23 février 2016 :

Afrique du Sud (Johannesburg) : des employés municipaux à l’entretien des routes se mettent en grève et bloquent plusieurs routes avec des pneus brûlés (lien en anglais avec photos et une vidéo).

Afrique du Sud (province de Limpopo) : violentes manifestations contre les coupures d’eau – trois maisons de flics et un bâtiment municipal incendié, la maison de la maire pris pour cible, etc. (lien en anglais avec une vidéo).

Angleterre (Londres) : un groupe de soutien aux migrants de Calais s’en prennent à une soirée privée à laquelle participe l’ambassadeur (lien en anglais). Un autre article sur le site anti-autoritaire Rabble ici.

El Salvador (Olocuilta, département de La Paz) : 700 travailleurs du textile licenciés bloquent les 2 routes menant à l’áeroport local (lien en espagnol).

France (Essonne) : de nouvelles caméras détruites dans la cité de l’Oly, à Vigneux-sur-Seine (tiré du blog Attaque).

Mexique (Acapulco, État de Guerrero) : la police met fin à l’occupation des enseignant-e-s et au blocage de l’aéroport, un mort, 4 viols, 12 enseignants arrêtés dont on est sans nouvelles (lien en espagnol). Un enseignant de 65 ans est mort des suites de coups portés par les flics durant leurs interventions, et il a été confirmé que 4 enseignantes ont été violées par des policiers, ce qui rappelle ce qui s’était passé il y a quelques années à Atenco. (note de Pi)

lundi 22 février 2016 :

Afrique du Sud (Cap occidental) : des employés du nettoyage occupent un bâtiment administratif de l’Université contre les bas salaires et la sous-traitance (lien en anglais).

Afrique du Sud (État-Libre) : des joueurs de rugby blancs et des spectateurs attaquent des travailleurs et des étudiants noirs mobilisés contre la sous-traitance (lien en anglais avec une vidéo). Il y a eu un appel à la solidarité entre blancs et noirs, mais issu de racketteurs politiques qui semblent avoir la main sur les manifestations locales. (note de Pi rédigée à partir de commentaires rédigés en anglais par le compagnon sud-africain SK (voir les Nouvelles d’opposition (version anglaise) pour les consulter).

Afrique du Sud (province de Pretoria) : affrontements entre étudiants autour de la question de l’enseignement de la langue Afrikaans (lien en anglais). Voir un peu plus bas l’entrée du 19 février.

Afrique du Sud (province du KwaZulu-Natal) : l’Université fermée par des étudiants et des travailleurs mobilisés contre la sous-traitance (lien en anglais). Dans la ville de Durban, capitale de l’État, l’Université fermée à la suite de manifestations.

Albanie (Tirana) : opposition conséquente à un projet de l’État visant à transformer un espace vert en espace de jeux pour les enfants (lien en anglais).

Grèce (Idomeni) : des réfugiés afghans occupents des rails contre leur exclusion d’une zone dite neutre (lien en anglais).

Inde (Jammu, Cachemire) : 1 mort dans des affrontements contre une expulsion (lien en anglais). Les aspects nationalistes des luttes qui se déroulent au quotidien dans la région font que nous préférons ne pas les inclure dans les nouvelles…il y a là une exception, avec des aspects ayant à voir avec la lutte des classes qui ressortent de façon très claire.

dimanche 21 février 2016 :

France (Grigny) : attaque nocturne sur le chantier de la Grande Borne, 6 véhicules détruits par une vingtaine de “malfaiteurs” (lien presse poubelle).

Grèce : un détournement d’hélicoptère finit par un aterissage d’urgence – celle qui a mené l’opération parvient à s’échapper – la police affirme qu’elle avait pour projet de libérer l’anarchiste Nikos Maziotis de la prison de Korydallos (lien en espagnol sur le site Iconoclasia).

samedi 20 février 2016 :

Brésil (État du Pará) : des indiens Kayapo bloquent une autoroute depuis 5 jours (lien en portugais avec photos et vidéos).

France (Nantes) : contre l’État d’urgence et ce qu’il protège (tiré du site Le Chat Noir Émeutier).

Nouvelle Zélande (Auckland) : des membres du groupe queer et transgenre “No Pride in Prisons” échangent quelques coups avec la flicaille venue les empêcher de rejoindre la Gay Pride (lien en anglais). Le groupe reproche aux organisateurs de la Gay Pride de la capitale d’avoir autorisé des flics et des matons à participer au défilé de cette année.

vendredi 19 février 2016 :

Afrique du Sud (Johannesburg) : des bâtiments de l’Université occupés et un bus incendié en solidarité avec les étudiants du Cap (lien en anglais). Concernant la mobilisation à l’Université du Cap, voir notre entrée du 16 février, un peu plus bas sur la page.

Afrique du Sud (Limpopo) : des habitant-e-s se mobilisent contre le manque d’eau potable – affrontements, blocages de routes, commerces et administration forcés de fermer leurs portes (lien en anglais).

Afrique du Sud (Pretoria) : 2 campus ferment leurs portes après des mobilisations et des affrontements contre l’enseignement en langue Afrikaans (lien en anglais). Le compagnon sud-africain SK précise que divers racketteurs politiques ont massivement participé à ce mouvement, comme l’indiquent leurs couleurs dans la vidéo du lien.

Guinée : les syndicats mettent fin à la grève générale après 5 jours de mobilisations et un certain nombre d’actions dites violentes (lien en français sur Communisme Ouvrier).

Mexique (Orizaba, État de Veracruz) : des vendeurs de rue indiens affrontent la police après l’arrestation d’un “confrère” – policiers pris en otage, véhicule brûlé, maire brutalisé…et leur confrère libéré (lien en espagnol). Une vidéo est consultable sur ce lien.

jeudi 18 février 2016 :

Afrique du Sud (province du Cap oriental) : de l’agitation après l’expulsion de 15 familles (lien en anglais). Les habitant-e-s concerné-e-s par ces expulsions en question ont fait fermer les commerces de la ville, empêché les autres habitant-e-s de se rendre au travail, et brûlé la maison d’un représentant des autorités locales afin d’être relogés au plus vite.

France (93) : 5 permanences du PS perdent leur vitres contre l’état d’urgence

Sénégal (Kedougou) : 3ème jour de mobilisations contre les opérateurs d’une mine d’or – la préfecture et la maison du préfet incendiées avec des véhicules, routes bloquées (lien en français).

mercredi 17 février 2016 :

France (Metz) : 2 bâtiments rendus inutilisables au centre de rétention (tiré du blog Attaque).

France (Rennes) : incidents lors d’une manifestation d’agriculteurs (lien en français, média bourgeois).

Guatemala (Villa Nueva) : des habitant-e-s se mobilisent contre l’augmentation des frais de collecte des déchets et du prix de l’eau courante et affrontent la flicaille locale (lien en anglais).

Mexique (Ciudad Juárez, État de Chihuahua) : des ouvrier-ère-s licencié-e-s de Lexmark continuent les mobilisations et occupent l’entrée de l’entreprise avec des sit-in (lien en anglais). Pour un suivi des actions menées depuis les licenciements (après des grèves), on peut se reporter aux notes que nous avons rédigé, par ordre chronologique, les 4 et 12 novembre 2015 (voir ici), les 8 et 11 décembre 2015 (voir ici), puis les 13 et 17 janvier 2016 (voir ici).

mardi 16 février 2016 :

Afrique du Sud (Le Cap) : des véhicules brûlés sur un campus par des étudiants mobilisés contre le manque de place dans des cités U (lien en anglais). Le compagnon sud-africain SK a laissé une note en anglais (voir la page en anglais sur le site) expliquant que les étudiants sud africains s’inscrivent au moins autant à l’Université pour y être nourris et logés que pour y obtenir des diplômes.
Il note aussi que des discours de représentants étudiants véhiculent des préjugés anti-blancs.

Inde (Bengale Occidental) : les flics attaqués par des villageois mobilisés après de nombreux accidents de la route près de leur village (lien en anglais).

Inde (Tapukara, État du Rajahstan) : grève illégale dans une usine de deux-roues Honda pour la réintégration de 4 travailleurs (lien en anglais).

Mexique (Mexico) : les flics bloquent une manif anarchiste organisée contre le Pape en visite dans la capitale, une arrestation (lien en espagnol sur le site Iconoclasia). Les anarchistes ont été les seuls (avec quelques féministes) à s’organiser contre la venue du Pape. De nombreuses organisations des différentes tendances de gauche et du mouvement social sont loin d’en avoir fait autant, puisqu’il y a eu plusieurs rencontres et discussions organisées, jusque chez certaines familles des 43 étudiants disparus de l’État de Guerrero ; ce qui révèle malheuresement l’ampleur des illusions religieuses (ici catholiques) chez bon nombre de prolétaires mexicain-e-s, indiens ou pas. (Notes rédigées par Pi).

Turquie (Artvin) : affrontements entre les flics et des manifestant-e-s mobilisé-e-s contre des projets miniers impliquant la destruction d’une forêt (lien en anglais).

lundi 15 février 2016 :

Guinée (Conakry) : grève générale, des jeunes montent des barricades et affrontent la police (lien en français).

Tchad (N’Djamena) : 1 manifestant tué par la police après des mobilisations en réaction au viol en réunion d’une jeune femme par les membres de la famille d’un flic (lien en anglais).

samedi 13 février 2016 :

Chili (Santiago) : communiqué revendiquant le dépôt d’un engin explosif dans un bâtiment appartenant à la gendarmerie (lien en espagnol sur le site Noticias de la guerra social).

États-Unis (Anaheim, Californie) : après le meurtre d’un homme par la police, manifs, affrontements et voitures de police vandalisés (lien en anglais avec photos et vidéos). Il y avait déja eu des émeutes après le meurtre d’un homme dans la même ville il y a quatre ans, voir par exemple ce lien (en anglais, avec une vidéo).

Grèce (Athènes) : revendication de l’explosion d’un bureau des impôts (lien en espagnol sur le site Contrainfo).

vendredi 12 février 2016 :

Grèce (Athènes) : les mobilisations des agriculteurs continuent – affrontements avec la police, fenêtres du Ministère de l’Agriculture brisées, blocages de routes, etc. (lien en anglais, avec une vidéo). L’article fait état de 10 flics blessés. Malheureusement, le drapeau semble avoir été largement déployé lors de ces événements.
À la frontière bulgare, les agriculteurs ont bloqué la frontière (lien en anglais).

jeudi 11 février 2016 :

Afrique du Sud (Le Cap) : la police lance des grenades assourdissantes contre des manifestant-e-s mobilisé-e-s contre le Président actuel (lien en anglais).

mercredi 10 février 2016 :

Nigéria (Lagos) : après la mort d’un étudiant, le directeur d’une Université brutalisé et un peu de destruction (lien en anglais).

Uruguay (Montevideo) : le lancement de deux cocktails molotov sur la maison d’un ancien tortureur revendiqué (communiqué en espagnol sur le site Contrainfo).

lundi 8 février 2016 :

Hong-Kong : une émeute éclate lors du nouvel an chinois (presse bourgeoise en français).

Grèce (frontière bulgare) : nouveau blocage de paysans mobilisés contre la réforme des retraites (lien en anglais).

Kenya (comté de Tharaka Nithi) : émeute sur un campus après les résultats des élections étudiantes (lien en anglais).

Mexique (État du Chiapas) : grève de la faim de plusieurs détenues condamnées sans preuves à de lourdes peines pour traffic d’être humains (lien en espagnol).

dimanche 7 février 2016 :

Allemagne (Berlin) : des autonomes et des anarchistes brûlent un certain nombre de voitures de luxe et menacent de continuer les représailles si les autorités s’en prennent aux squats et autres initiatives dans le quartier de Friedrichshain (lien en anglais sur Communists in Situ).

Colombie (Bogotá) : émeute après une véritable expériditon militaire “contre la drogue” dans le quartier pauvre de San Bernardo (lien en espagnol avec une vidéo). Le quartier, également appelé “le Bronx” est connu pour être une zone de micro-trafics. 14 policiers ont été interpellés (par leurs collègues) pour une implication dans des réseaux qui opéraient dans la zone.

Nigéria (Ado Ekiti) : des étudiants n’ayant pas obtenu les résultats souhaités compensent l’affaire en s’en prenant aux locaux de l’Université, avec quelques actions de pillages (lien en anglais).

samedi 6 février 2016 :

France (Rennes) : le Carnaval anti-aéroport “dégénère” (média bourgeois). On trouvera quelques éléments de critique sur l’organisation de l’événement dans les Brèves du désordre (voir ici).

vendredi 5 février 2016 :

Grèce (Athènes) : violentes manifestations contre la réforme des retraites (presse bourgeoise en français, avec une vidéo).

Pérou (Lima) : répression contre les manifestations d’opposition à l’Accord transpacifique de coopération économique (lien en espagnol).

jeudi 4 février 2016 :

Afrique du Sud (Johannesburg) : les éboueurs une nouvelle fois en grève illégale (lien en anglais).

France (Normandie) : les matons de la prison d’Évreux se font embêter dedans et dehors (dans les Brèves du Désordre).

Inde (Manipur, nord-est) : blocage de 48h de toutes les autoroutes dans un mouvement de protestation après le meurtre de 9 militants de groupes tribaux et des mesures contre les minorités (lien en anglais). Note de Pi : des groupes politiques liés à la minorité Naga sont impliqués dans ce mouvement. Le Manipur est un petit État du nord-est de l’Inde, frontalier avec la Birmanie.

Mexique (Nahuatzen, État de Michoacán) : des habitant-e-s indiens font pression sur les autorités en brûlant des véhicules publics et privés et bloquent les accès au village (lien en espagnol). Note de Pi : les habitants de cette commune, du groupe indien Purépecha, sont engagés dans un processus d’autonomie, avec des autorités communales traditionnelles. Ils ont expulsé les forces de l’ordre et les autorités officielles de la commune en décembre, qu’ils accusaient d’être liées au crime organisé qui ravage l’État (voir nos notes régulières à ce sujet). Les actions récentes sont assez ambigües puisque des négociations sont en cours avec les autorités afin, semble-t-il, que celles-ci reconnaissent les autorités traditionnelles et intègrent la force de police constituée par les habitant-e-s dans les forces de l’ordre de l’État. Les informations concernant les revendications précises sont assez contradictoires, mais il semble que, comme souvent dans les processus d’autonomie locale au Mexique, le rapport de forces en vue de dialoguer et d’obtenir des concessions de la part des autorités prime sur une opposition totale à celles-ci.

Nigéria (Imo) : des médecins lancent une grève de 3 jours contre les violences policières après des tirs durant une manifestation (lien en anglais).

Thaïlande : un Institut psychiatrique déclare un patient atteint de maladie mentale apte à être jugé pour lèse-majesté (lien en anglais). Note de Pi : au pays de la folie du Dieu-Roi, les accusations de lèse-majesté vont actuellement bon train, ce qui semble indiquer que certain-e-s thaïlandais-e-s commencent à dépasser, au moins timidement, le tabou absolu lié à tout ce qui concerne le Roi Bhumibol.
L’affaire est ignoble mais intéressante en deux choses. Premièrement parce qu’elle rappelle le rôle de l’institution psychiatrique, qui est le même en Thaïlande qu’ailleurs, à savoir le contrôle social (avec évidemment des spécificités locales).
Deuxièmement, dans un pays où toute critique du Roi fait l’objet d’un tabou national absolu, on observe ici que ce sont les “fous” (dans le cas présent un homme qui affirme pouvoir communiquer par télépathie avec l’ancien Premier ministre) qui s’en prennent de la manière la plus franche aux grands tabous sociaux. L’homme en question a en effet dechiré au couteau un portrait du Roi installé à l’entrée de son village (le pays est couvert de tels portraits, qu’on trouve aussi dans tous les logements). C’est, à notre connaissance, le geste le plus radical réalisé contre le Roi depuis que celui-ci est installé sur le trône du pays du sourire, soit 69 ans.
On conseille la lecture du beau livre de Tahar Ben Jelloun “Moha le fou, Moha le sage”, daté de 1978 (avant que son auteur ne n’assagisse fortement) qui raconte une histoire semblable mais cette fois au Maroc, autre monarchie d’inspiration divine, dont le rôle contre-révolutionnaire historique est aussi peu connu que celui de la monarchie thaïlandaise (voir les atrocités des années de plomb).
Pour quelques notes concernant la Thaïlande et sa monarchie, nous renvoyons à nos notes du 15 décembre 2015 (voir les nouvelles d’opposition de décembre 2015).

Zambie (Lusaka) : nouvelle émeute d’étudiants opposés aux frais d’entrée à l’Université (lien en anglais).

mercredi 3 février 2016 :

France (Amiens) : chaud chaud à Amiens Nord, la police virée de la cité Fafet-Brossolette (vidéo).

France (Toulouse) : chaud chaud à La Faourette (presse locale bourgeoise).

Mexique (État de Michoacán) : des étudiant-e-s de la commune autonome de Cherán bloquent une autoroute (lien en espagnol).

Nouvelle Zélande (Auckland) : manifestations contre un accord d’échanges néolibéral, blocage de routes, etc. (lien en anglais). Note de SF : ce mouvement, bien que résultant de l’inévitable déclin des conditions de survie qu’implique un tel accord, a une tendance assez nationaliste qui peut constituer la base d’un protectionnisme xénophobe. Il y a quand même sur le lien une vidéo agréable à regarder montrant les Maoris dans la manif.

mardi 2 février 2016 :

Cambodge (province de Kampong Speu) : des habitants de 10 villages bloquent une route et exigent que les entreprises des camions qui l’empruntent paient une compensation promise (lien en anglais). Les camions qui circulent sur cette route appartiennent à deux entreprises d’un neveu du président Hun Sen et à une société chinoise.  Ce qui illustre très bien la marche des affaires au royaume du Cambodge, où les grands prédateurs économiques sont toujours liés aux cercles qui détiennent le pouvoir politique. (Note de Pi).

Grèce : 6000 tracteurs bloquent les frontières du pays et plusieurs routes en réponse à l’attaque contre le système de retraites (lien en anglais).

Mexique (Cuernavaca, État de Morelos) : des éboueurs affrontent les casqués pour des impayés après le départ de l’ancien maire (lien en espagnol).

Pakistan (Karachi) : 3 travailleurs tués par la police dans une grève contre la privatisation (lien en anglais).

Pérou (Manchay, banlieue de Lima) : deuxième jour d’émeutes, les habitant-e-s obtiennent l’annulation de la hausse des tarifs de transport et demandent une garantie écrite (lien en espagnol).

Thaïlande (Aranyaprathet, frontière avec le Cambodge) : des vendeurs frontaliers cambodgiens font fuir la police thaïlandaise venue leur empêcher de vendre des produits de contrefaçon (lien en anglais, avec une vidéo). Des milliers de cambodgiens de la ville-misère de Poipet travaillent dans le commerce transfrontalier et le transport d’un côté à l’autre de la frontière Thaïlande-Cambodge. Les travailleurs cambodgiens en Thaïlande subissent toutes sortes d’abus, avec le soutien inconditionnel des autorités et des forces de l’ordre. Tout mouvement de révolte, individuel ou collectif, est susceptible d’être durement réprimé, c’est pourquoi ils sont relativement rares. De nombreux cambodgiens croupissent dans les prisons thaïlandaises, parfois pour de longues peines, après des procès bâclés, et pour des faits mineurs au regard de la loi. Il y a une certaine tolérance à la frontière, car les deux côtés vivent du commerce transfrontalier. (Note de Pi).

lundi 1er février 2016 :

Afrique du Sud (Limpopo) : plus de 600 camionneurs en grève illégale après une réduction de salaire (lien en anglais).

Cambodge (Phnom Penh) : les chauffeurs de bus licenciés de l’entreprise Capitol reprennent leurs manifestations (lien en anglais).

Cambodge (province de Kandal) : affrontements entre ouvriers de la confection en grève souhaitant partir en manif et forces de sécurité venus les en empêcher (lien en anglais).

États-Unis (Géorgie) : plusieurs étudiants arrêtés pour avoir manifesté pour le droit d’accès à l’Université d’étudiant-e-s sans papiers (lien en anglais).

Italie (Florence) : un local du groupe fasciste Casa Pound attaqué à l’explosif (lien en italien, site de la Croce Nera Anarchica).

Mexique (Tecámac, État de Mexico) : attaque des autorités contre un conseil autonome “citoyen” chargé de la gestion de l’eau dans la commune (lien en espagnol).

Pérou (Manchay, banlieue de Lima) : des habitant-e-s bloquent la ville et affrontent les flics contre la politique actuelle des transports (lien en espagnol). Une vidéo est disponible ici.

Zambie (Kitwe) : des étudiants n’ayant pas reçu une bourse déclenchent une émeute (lien en anglais). Émeute et revendications…il y a parfois de drôles de choses dans les mouvements !

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

*