sur l’attaque par des racialistes sur mille babords, marseille

Le 28 octobre 2016, une discussion sur le texte Jusqu’ici tout va bien ? et la tendance qu’il critique a eu lieu à Marseille dans une librairie-bibliothèque utilisée pour des débats etc. très éclectiques, des réunions léninistes jusqu’à tout à gauche d’eux.

Juste avant le début de la discussion, environ 25 “racialistes” sont arrivés, ont jeté environ soixante exemplaires d’une petite brochure et ont chanté à l’unisson « Notre race existe », « Ce débat ne se fera pas », «Non, vous ne faites pas référence a l’histoire », « Nous ne nous soucions pas de votre opinion », « Surveillez vos privilèges »,« Nous restons, nous existons », « Négationniste ». Cela a été répété non-stop ; clairement répété comme pour une pièce de théâtre, pendant plus de cinq minutes. Ceux qui voulaient discuter attendaient patiemment, laissés perplexe par le spectacle, jusqu’à ce que le combat, presque inévitable, éclate. Le premier à être touché parmi ceux qui venaient discuter de ce texte était, ironiquement, un mec arabe ; les racialistes ont également arrosé deux femmes, dans les yeux et la bouche, avec du gaz poivré et du gaz lacrymogène ; des chaises ont été projetées, des textes jetés et déchirés, et, ironiquement, un gars qui était en béquilles après avoir été frappé par une grenade tirée par des flics dans une manif contre des fascistes racistes, s’est vu une table jetée sur sa jambe.

Au moment pendant lequel ils ont quitté le lieu, ils ont brisé une vitre et ont continué à se battre à l’extérieur jusqu’à ce qu’ils soient forcés de se disperser. Une discussion intéressante a suivi après que le lieu ait été nettoyé autant que possible et la vitrine bouchée avec du carton.

Beaucoup d’entre eux avaient manifestement été manipulés en pensant que les organisateurs de la réunion niaient l’existence du racisme. Ils étaient clairement dans une mentalité de gang qui s’opposait au moindre raisonnement – une mentalité totalement fasciste et stalinienne, indiquant l’intensité de la folie de notre époque, et sans précédent dans ce milieu.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

*