nous avons les moyens de vous rendre heureux (2014)

cropped-delinquent-book-title-e1355336242477-300x285

brazil_cops

flics brésiliens 

Texte publié en anglais le 18 Juin 20014, en complément au texte “Brésil contre la coupe du monde”, et traduit de l’article “ve haf vays of making you happy!” le 1er juillet 2014. Il est plein de fautes et donc à améliorer, mais compréhensible…

 Football –

le but d’un monde sans but, d’une vie sans but 

fans 5

 ….l’opium du peuple….

£££€€€€€€€€€€€€€€$$$$$$$$$$$$$$$$$€€€€€€€€€€€€€€£££

football kids street

Ce qui a commencé il y a longtemps comme un sport de classe ouvrière principalement joué et développé  par les pauvres dans la rue ou d’autres endroits  non surveillés  est devenue une méthode pour transformer les travailleurs en spectateurs, de contrôler les rues et d’autres endroits et de rendre pire la vie des pauvres.

Le spectacle interminable du sport a comme base la répression des communautés de lutte. Dans le sillage de la répression des communautés de lutte de classe à partir du milieu des années 80 jusqu’à il y a quelques années, le football est devenu de plus en plus la connexion au monde, substitut de la communauté de “la classe ouvrière”; la compensation et consolation participative  pour la répression de cette lutte, pour la répression d’un lien réel avec l’histoire. Les gens paient des sommes exorbitantes pour voyager  pour consommer ces événements afin de dire “j’y étais!”. Une histoire ersatz  médiatisée par les héros du sport et des vêtements de soutien d’équipe, etc Histoire comme une marchandise … Histoire comme  consommation ostentatoire.

 Mais avec le Brésil les contradictions du spectacle sont de plus en plus transparentes: la maladie et des cabanes pour les pauvres – la santé et des manoirs pour les riches. Le spectacle marchand a ses priorités, et l’investissement dans l’image de divertissement et de diversion est devenu plus rentable que la production des nécessités de base. Aujourd’hui, les   méthodes actuelles des dirigeants sont une variation légère  de  « du pain et des jeux “, méthode standard depuis l’époque romaine: des miettes génétiquement  modifiées et le football joué par des millionnaires.

brazil let them eat football… donnez-leur à manger du football

John Dennis, un mineur radical pendant les grèves des années 70 et 80, m’a dit une fois que quand il était adolescent, il était un fan de l’equipe Sheffield Wednesday. Mais il s’est  toujours senti dans  un rôle qu’il était obligé de jouer – de présenter  un spectacle de joie quand l’équipe a gagné, d’être triste quand elle a perdu: comme une règle non écrite de son amitié avec les autres fans.

Aujourd’hui ce rôle, le visage peint aux couleurs nationales que le fan met sur lui, soutient bien évidemment la terreur imposée par la FIFA et les flics brésiliens. “Nous savons que ce monde est de la merde – profitons simplement de ce qu’il a à offrir” est une façon de dédaigner  la critique et l’auto-réflexion critique avec un mélange classique de naïveté et de cynisme. Un chauffeur de taxi à Fortaleza, a déclaré le 16 Juin “Il y a eu une certaine violence aveugle dans les protestations, mais maintenant il est temps de profiter du football.”  (ici). La violence brutale de la police et de l’état et toutes les forces soutenant ce spectacle malade se retourne contre la violence consciente de l’opposition et la rejette comme “rabat-joie stupide”. Le désir d’appartenance, séparé de la lutte pour une communauté contre ce monde, devient tout simplement une obligation suffocante de se conformer. Il s’exprime sous la forme d’une prétention   des fans dans une  fougue  exagérée   affirmant que ce que ce monde  dit doit être affirmé. Indépendamment de ce que les gens  sentent, inventent ou initient  véritablement, il faut garder les apparences. Ce qui paraît sur Facebook est bon, ce qui est bon apparaît sur Facebook.

fans 1

fans 2Quand les gens s’habillent dans des masques colorés et des vêtements drôles et prennent   des photos  de vous-même ( “selfies” en anglais) sans fin, un moment de la vie et  le moi ( “the self” en anglais) a vieilli et il ne se laisse pas rajeunir avec des couleurs éclatantes. Il se laisse seulement évoquer  comme une photo postée sur l’internet. La grandeur de ce drame en costumes ne commence  à paraître qu’au crépuscule   de la vie, et le minuit imminent de la planète.

fans 7 “… un rapport social entre des personnes, médiatisé par des images.”

Cet affichage banal soutient tout à fait consciemment le positivisme que le capital tente de se transformer en  obligation face aux  conséquences très évidemment négatives et misérables de tout cette positivisme (d’occupation des favelas, les expulsions, la gentrification, l’intensification de la pauvreté et de la maladie, le tourisme sexuel, des gaz lacrymogènes et des balles, les décès sur les chantiers de construction, la destruction environmentale, les meurtres des sans-abris,  etc), où le mouvement de subversion prolétarienne au Brésil au cours des 12 derniers mois a rendu impossible de ne pas être au courant. Nous pouvons à peine blâmer la FIFA et le reste de la Borgiasie pour agir dans leurs propres intérêts  brutales de classe – mais les spectateurs qui veulent rester spectateurs, les collaborateurs volontaires, les complices de leur propre misère – eux sont l’ennemi lâche dedans, toujours jouer la sécurité , toujours faisant semblant, en évitant toujours les profondeurs et rester à la surface, coule toujours avec la marée jusqu’à ce qu’il les noie finalement.

La Coupe du Monde est une version plus subtile de la méthode de ces dernières formes hiérarchisées de la consommation de loisirs de la classe dirigeante thaïlandaise:

“Avez-vous besoin d’un pick-me-up? Que diriez-vous d’une coupe de cheveux gratuite ou repas chaud? Un spectacle de danse par les femmes en minijupes PVC? Peut-être une chance de caresser un poney? Tout cela – et plus – est maintenant disponible pour vous gracieuseté de la campagne du “bonheur” de l’Armée royale thaïlandaise, qui met en scène des festivals gratuits dans Bangkok à “ramener le bonheur” au public thaïlandais après le coup militaire du mois dernier. Une combinaison bizarre d’une fête de rue par l’armée, et un festival de musique, les «fêtes» ont eu lieu dans les parcs et les places, où le public est comblé de la nourriture gratuite et des boissons et eu la possibilité de regarder l’armée chanter et danser – et prendre selfies a côté de soldats ligotés …. La campagne est par ordre de Gen Prayuth Chan-ocha, qui a pris le contrôle de la Thaïlande il y a deux semaines dans un coup d’Etat militaire …. Prayuth a dit le coup doit être célébré comme une occasion pour les Thaïlandais pour se sentir bien après une longue période de querelles politiques a laissé le pays profondément divisé. “Le peuple thaïlandais, comme moi, n’ont probablement pas été heureux pendant neuf ans,” il a dit le mois dernier. “Mais depuis le 22 mai, il y a du bonheur.”

(d’ici )

thai girl 2

“don’t worry – be happy!” – version thaïlandaise

L’objectif du spectacle de la Coupe du monde, comme le spectacle de loisirs dans son ensemble, doit être vu au-dessus de la politique – il s’insinue dans une communauté de fausse amitié médiée par ce cette société a défini comme “le bonheur”:

” Il y a un climat prédominant de fraternisation “, a déclaré aux journalistes Rousseff à Brasilia hier soir.  Rousseff a déclaré que le changement d’humeur lui rappelait quand elle a regardé la Coupe du Monde 1970 alors qu’il était emprisonné par la dictature militaire au Brésil. L’avance de l’équipe nationale du Brésil dans ce cas, a commencé à gagner sur les autres détenus qui avaient refusé de soutenir l’équipe parce qu’ils s’attendaient victoire ne ferait que renforcer le régime militaire, dit-elle. “L’équipe du Brésil représente notre nationalité,” dit-elle dans un communiqué envoyé par courriel hier. “Il est au-dessus des gouvernements, des partis politiques et des intérêts de tous les groupes.” (ici).

Même prisonniers sous une dictature brutale peuvent apprécier la valeur positive de la nation, et le football comme son ambassadeur, tant qu’ils renoncent à leur notion idiote que le football renforce les régimes militaires (et certainement pas alors passer à reconnaître que ces régimes militarisés peut prendre à la fois une forme dictatoriale et démocratique.). Mais en étant vaincu par le spectacle du football et de ses idéologies de fraternisation, même un prisonnier peut réprimer son point de vue fâché  et être transformé en soi souple qui permet plus facilement cette société d’écraser les gens. .

Compte tenu de cette fragilité extrême  – la fragilité de la conscience de soi dans un monde qui détruit toute individualité et la communauté de solidarité qui permet aux individus de reconnaître l’autre, l’affirmation positive de situations totalement en dehors de la participation / contrôle de l’ individu devient un besoin pathologique, une façon désespérée de se connecter avec quelqu’un, dans ce cas par le sport (bien que les médiations culturelles sont généralement tout aussi aliénés). Les fans tentent de se leurrer en croyant qu’ils participent en quelque sorte à toutes les décisions en agissant comme prétendus responsables de «leur» équipe: “nous devrions mettre un X en position Y et se concentrer davantage sur Z, et ce salaud Q auraient été limogé il y a quelques années “, bla bla bla. Ils sont en concurrence les uns avec les autres en montrant leur savoir-faire, l’apprentissage tout au minutae de l’histoire et les potins des équipes de leurs et de leurs adversaires. Communauté par procuration, une forme indirecte de la prise de décision, la seule type le capitale  produit, et produit en masse le plus il réprime la communauté authentique et la prise de décisions importantes. Tout ce que la passion frénétique et l’exubérance vers le suspense improvisée et  imprévisible du jeu est tout axées sur le terrain, une médiation totalement en dehors du contrôle des fans, dont les yeux ne se rencontrent jamais. Le seul jeu vraiment la peine de jouer est partout réprimée avec des distractions, des mensonges et des grenades assourdissantes: le suspense improvisée et  imprévisible de l’aventure révolutionnaire.

PS

Bien sûr,   donnant les conditions générales de l’isolement aiguë, les gens trouvent des prétextes pour se réunir avec les gens. Et parfois, les fans vont au-delà de leurs rôles imparti comme fans – par exemple ici, ici et ici.

Le 26 juin, en France il y avait ces  émeutes suivants:

Roubaix, Lille et Maubeuge:  mini-émeutes après que l’équipe de l’Algérie  se qualifie pour 8e de finale du mondiale 

France roubaix 26 6 14

pole emploi, Roubaix

 …Même dans d’autres parties du pays:  Paris, Champs Elysée: projectiles lancés aux flics anti-émeute, de gaz lacrymogène jeté aux émeutiersTremblay, banlieu de Paris (video) Lyon: flics utilisent des gaz lacrymogènes et des canons à eau pour empecher les supporteurs allant au quartier des centres commercials ; Vaulx-en-Velin: 30 voitures brûlées, ainsi que beaucoup de  poubelles Marseille: deux motards de flics ont attaqué et lapidé par les supporteurs pendant que les flics jettent du gaz lacrymogène….les Ulis, sud-ouest de Paris: 2 attaques sur un commissariat dans   20 minutes  provoquant d’importants dégâts à la façade de verre et certains véhicules de flicset 3 incidents mineurs dans le Jura

Et le premier juillet, il y avait plusieurs mini-émeutes contre les flics après l’Algérie perdent contre  Allemagne

Émeutes de football, quand ils attaquent les flics ou d’autres aspects de cette société, plutôt que des fans  opposées, ou des passants,  sont très bien, même si elles sont généralement prétextes, symptomatiques d’une haine pour l’organisation de ce monde. Le fait que la perte par l’équipe de l’Algérie a également suscité quelques mini-émeutes que un victoire en France, montre à quel point c’est un prétexte: rien de mal envers les prétextes (presque chaque mouvement social implique ceux qui l’utilisent comme prétexte pour exprimer leur colère contre la véritable ennemi), mais nous avons évidemment d’aller au-delà. Les émeutes du sport sont aussi historique: dans les époques réactionnaires la brutalité plus misérable des fans de la rivalité tend à dominer, mais quand le conflit social est exprimé dans d’autres domaines de la vie plus ouvertement dans les moments de plus de la contestation générale, les émeutes de sport ont également tendance à s’exprimer plus clairement contre nos vrais ennemis ainsi que la libération d’un gentillesse de faire la fête plus positive (par exemple les émeutes de la coupe Stanley à Vancouver en 2011). Mais rarement se voient-ils, en même d’une certaine manière de façon limitée mais explicite, dans un contexte social et que très exceptionnellement impliquent-ils une sorte de développement, un certain sens de l’avance et de recul (bien qu’il y ait certainement eu des situations importantes à l’échelle mondiale quand les fans de football ont rejoint dans les mouvements sociaux et les soutient, y compris les cas au Brésil en 2013, ou en Istanbul  la même  année.). Cela peut sembler un jugement plutôt «politiquement correct», mais, par exemple, il est très rare d’entendre des émeutes de sport étant suivis par des actions de solidarité pour les personnes arrêtées, ce qui indiquerait autre chose que la nécessité d’exploser dans un moment largement nihiliste  Nécessaire – mais on sait par l’expérience,  que le nihilisme, comme la plupart des idéologies,   peux aussi développer dans des directions horribles que des directions humaines….

footie in street

2 réflexions sur “nous avons les moyens de vous rendre heureux”

Un ami vient de me faire partager les excellentes réflexions qui suivent :

Oui, je pense que cela résume comment je vois la chose – comme les 100 jours  de jeux de Titus pour apaiser une Rome agité. Je reconnais également totalement la description d’être un fan – répéter  les mantras appris   sur la longue passe de tel et si et machin doit avoir utilisé quatre-quatre contre deux par comment-il-s’appelle. Et puis l’obligatoire “allez allez allez allez allez!”. C’est une chose puissante – un sentiment d’appartenance à la fois et la puissance qui vient d’une foule unifiée. Malheureusement, comme vous l’avez dit, c’est une fausse opposition, soutenant une équipe entièrement fabriqué avec une identité aussi fabriqué.

Je suppose que l’histoire d’amour de la classe ouvrière avec le football provient des villes industrielles – ou plus souvent dans les quartiers des villes – avec des équipes constitués de leur propre parents/amis, et les lancer contre districts et villes rivales. Les industriels ont probablement vu qu’ils peuvent gagner le standing, l’argent et la loyauté facilement recueilli des hommes qui travaillent et ont versé de l’argent dedans, le sport (ou plutôt le spectacle du sport) s’est développé rapidement en passe-temps principal pour les hommes de travail. Ils ont à leur tour emmené leurs fils comme une sorte de rite de passage et peut-être aussi parce que toute l’expérience d’une foule unifiée des hommes travaillant a offert des aperçus   – ou peut-être un mirage – de quelque chose d’autre que les conditions sordides et  toxiques, des logements surpeuplés et souvent sans sexe et les vies travaillant dans les villes industrielles souvent  courtes et   brutales . Et bien sûr, il se terminait souvent avec les hommes  ivres  se cuitent   et des échauffourées avec la police.

Quel que soit et, cependant, que tout cela est arrivé, ce que je vois maintenant est une mascarade de ce mirage. L’unité de la foule après avoir cédé la place à des diatribes atomisées au postes de télévision ou les faux foules s’entassé dans les bars, hurleant au  «grand écran». Le prix des billets poussé de plus en plus haut à la fois pour presser le maximum de la foule et exclure les éléments les plus turbulents des cités et des quartiers les plus pauvres. etc etc

Je pense que c’est une multitude de choses, mais cette notion de John – d’appartenance et de fidélité semble très vrai. Également de l’acceptation, et de peut-être la chance de vivre quelque chose d’extraordinaire à une époque de la banalité.

Il y a quelques coupes du monde, je suis allé au pub avec des potes fans du football. J’ai réalisé qu’ils avaient la même conversation chaque match. J’ai décidé d’apprendre les lignes et tout en sachant rien au football, trouvé mes commentaires – tous imité – ont été totalement accepté. Il n’y avait rien d’autre sauf que la vérité que nous étions tous dans le même mensonge.

Un autre ami, des États-Unis, écrit :

“Amis ici ont regardé la coupe du monde d’une manière très critique, mais aussi en appréciant le jeu, le sport de celui-ci. Je préfère généralement que tout le monde évite entièrement les spectacles  de sport, mais j’ai été en appréciant la façon dont mes amis semblent aimer regarder les matchs et sont aussi très excités (en effet, plus excité) à l’idée que les Brésiliens peuvent complètement brûler les stades . Un mélange étrange. J’ai essayé de prendre en compte plus récents (car je suis un peu plus vieux) comment nous pouvons haïr le monde et aussi profiter ou d’apprécier les éléments de celui-ci comme une partie de danse avec la musique pop de merde. Bien sûr, tout en luttant également pour créer une véritable communauté humaine de la résistance et de l’opposition “.

Je n’ai pas  du tout de problème avec ça – la critique ici s’applique à ceux qui sont coincés dans le rôle de fans, qui sont “dans” tout, mais ne sont jamais fidèles à eux-mêmes, qui sont colonisés par ce que nos ennemis veulent que nous soyons colonisés par .

Au même temps, nous ne pouvons pas être puriste ou absolutiste. J’aime bien certains tableaux de Dali, même s’il était un homme dégoûtant qui, entre autres choses, a soutenu Franco, et fièrement proclamé que, quand il avait un vingtaine d’années , il avait battu un clochard (s’il l’a fait ou pas n’est pas la question). J’aime aussi la musique de James Brown, mais il serait stupide d’ignorer des choses comme son soutien à la guerre du Vietnam, sa mise sur un spectacle juste après l’assassinat de Martin Luther King pour calmer les noirs, et d’autres comportements vraiment de la merde (voir la section «l’âme de l’argent” ici: http://dialectical-delinquents.com/?page_id=176 ). Il y a un monde de différence entre tout à fait aimer un film, par exemple, et d’être un cinéphile, parlant sans cesse de tous les détails comparatifs de tel ou tel aspect du cinéma pour sembler profond et sophistiqué. Le but, cependant, est d’examiner les relations sociales qui composent ce produit culturel ou les produits de sport, et à œuvrer pour un monde qui à la fois abolit ces choses dans leur forme actuelle et abolit la misère qui nous avons besoin de ces formes aliénées. Qui est une autre façon de dire ce que vous avez dit.

 footie street 2



cropped-delinquent-book-title-e1355336242477-300x285

Hitwebcounter

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

*