A bas les manifs rituelles routinières !

Tracte distribué en Montpellier, 21-8-21

Version pdf :  a bas les manifs rituelles routinières !

J’ai assisté à la plupart des manifestations contre le Pass Sani-se-taire à Montpellier. C’est un peu un rituel. On se sent obligé d’être là pour faire du chiffre. Et puis on devient soi-même un simple numéro. Bien que les chiffres augmentent certainement, ces manifestations sont plus des manifestations d’une confusion et d’un dogme incroyables qu’une opposition sérieuse à un totalitarisme croissant. Il est inévitable d’être confus par les énormes contradictions de cette intensification pratiquement sans précédente d’une vie quotidienne déjà irrationnelle. Mais nous devons patauger dans la confusion plutôt que d’affirmer des dogmes contre des dogmes opposés. L’un des effets les plus dévastateurs du Covid est que tout le monde s’enfonce dans des sables mouvants, qu’il s’agisse du négationniste du Covid ou de l’exagérateur du Covid, du pro-vaxxiste total ou de l’anti-vaxxiste total, de la théorie du complot ou de la “théorie” anti-conspiration. Tout le monde se range dans des positions qui disparaissent comme des mirages à l’approche. Tout le monde devient plus furieux que jamais d’avoir raison, mais adopte une ‘raison’ qui se révèle fausse si rapidement, après avoir tourné en rond dans un cercle délirant de mensonges, de demi-vérités et de 1½ vérités.

Et tout cela ajoute tellement à l’usure de la “communication” quotidienne. La tendance des gens à monologuer avec leurs idéologies déjà bien fixées ne permet pas une bonne discussion sur les contradictions et les misères que le développement actuel du capital impose avec une force croissante. L’idéologie de l’unité est à la fois une façon de dire “tais-toi !” à propos de nos différences, et aussi une façon de simplement faire de “l’opposition” un spectacle non violent. Pour endiguer l’horreur croissante qui pousse les gens à la folie ou au suicide, nous devons développer des actions qui vont au-delà des attaques contre les centres de vaccination qui se produisent partout en France au rythme d’une par jour depuis la mi-juillet : par exemple, un sabotage persistant de la technologie QR, des grèves sauvages, des occupations, des émeutes, etc. Nous ne sommes pas faibles parce que nous sommes divisés, mais divisés parce que nous sommes faibles, et se mettre en colère à propos de cet avenir fou ainsi que des différences significatives fait également partie de la lutte contre la faiblesse. Si les gens ne remettent pas fondamentalement en question leur propre complicité avec l’autorité hiérarchique et les demi-vérités idéologiques, nous ne ferons que contribuer à creuser nos propres tombes en nous maintenant séparés.

Alors nommons quelques-unes des idées confuses et des politiques de merde parmi certains des participants à ces manifestations.

Il y a ceux qui sont évidents – comme la Ligue du Midi, qui a gratuitement frappé quelques membres d’une organisation léniniste débile (ARM/Combat) le 24 juillet. Ces deux organisations attirent les admirateurs abjects de l’autorité et ceux qui ont des fantasmes délirants de pouvoir pour diriger les masses. Alors que l’ARM est tout simplement ridicule et largement insignifiante, la LduM représente un véritable danger physique pour quiconque tente de développer une opposition autonome à ce monde, ainsi que pour les migrants, les musulmans et tout autre bouc émissaire commode pour expliquer pourquoi nous sommes misérables.

Mais ils ne sont pas le seul danger de l’extrême droite. Étant donné la nature largement pathétique de la gauche, y compris une grande partie de l’extrême gauche et de l’extrême gauche apparemment “anti-autoritaire” au cours des 18 derniers mois, depuis le début de cette époque étouffante de Covid, la droite a été le principal récupérateur de la dissidence, dans l’espoir de gagner opportunément des recrues pour leur sordide politique anti-vie. Leur “opposition” à l’autoritarisme de Macron, alors qu’ils se sont toujours soumis et ont soutenu d’horribles politiques autoritaires sous différentes formes, leurs appels à l’unité alors que toute leur politique consiste à diviser pour mieux régner – tout cela est une blague de mauvais goût. Si l’on limite l’opposition à un aspect spécifique du pouvoir de l’État, on peut invariablement ignorer les formes hiérarchiques qui sont incarnées par ceux qui visent à devenir l’État (par exemple, en traitant ceux qui sont plus bas dans leur propre hiérarchie comme de simples membres – les bras et les jambes, mais jamais le cœur ou la tête, ce que les idiots utiles plus bas dans ces hiérarchies acceptent volontiers). Heureusement, certaines personnes participant à ces manifestations sont conscientes du danger que représentent ces groupes, et ont réussi à confronter Action Française le 7 août, les obligeant à perdre leurs stupides drapeaux nationaux et quelques autres équipements.

Dommage que peu de gens critiquent la présence du drapeau national français dans ces manifestations. Certains prétendent que c’est le symbole de la Révolution de la fin du 18ème siècle, comme si la bourgeoisie ne l’avait pas invariablement utilisé, y compris dans ses massacres territoriaux au Vietnam et en Algérie. On ne peut pas séparer un symbole de sa signification historique dominante – ce serait presque comme dire que la croix gammée n’est qu’un symbole religieux issu de l’hindouisme, du bouddhisme et du jaïnisme. Macron aussi est heureux de parader avec le tricolore. De même, il chante la Marseillaise. Le 7 août, des personnes chantant la Marseillaise ont été confrontées à des personnes chantant l’Internationale, mais elles ne les ont malheureusement pas étouffées. Les hymnes nationaux montrent le respect pour la propriété de la bourgeoisie – la Nation. À notre époque, l’identité nationaliste, bien qu’elle soit toujours une identification qui vous lie à vos dirigeants ou à vos futurs dirigeants, est particulièrement soumise et peu stratégique étant donné que le passe-sanitaire est de plus en plus imposé dans le monde entier. Une opposition internationale est indispensable et les frontières sont des cages qui nous séparent, nous qui ne maîtrisons pas nos vies.

Et puis il y a les complotistes. Étant donné que toute critique des mensonges et de la complicité mutuelle entre les différentes branches de la classe dirigeante (les médias, les gouvernements, l’industrie pharmaceutique, l’OMS, etc.) est caricaturée en “théorie du complot”, il est inévitable que de nombreuses personnes transforment un terme aussi péjoratif en quelque chose de positif. Il y avait une intensification massive des mensonges qui semblent sans précédent, au point qu’il est presque impossible de discerner ce qui est vrai, les experts changeant leurs “faits” d’un jour à l’autre, un peu comme dans le 1984 d’Orwell, et ce qui a été dit étant mis dans “le trou de mémoire”. Macron a qualifié cette crise dite “sanitaire” de guerre, et nous savons que dans la guerre la vérité est la première victime. Bien sûr depuis la première guerre mondiale, les mensonges médiatiques ont été utilisés en masse pour manipuler le prolétariat, mais là il s’agit d’une intensification massive du mensonge et de l’irrationalité au point que le monde semble avoir sauté par-dessus l’abîme de la folie. Mais contrer la folie dominante par une folie oppositionnelle renforce les séparations mêmes que l’État et la classe dirigeante veulent de nous.

Comme réduire le développement de cette époque aux Illuminati ou à Soros et Bill Gates. Mais le capitalisme ne fonctionne pas par conspiration mais en capitalisant sur les crises qui sont endémiques à son développement dynamique. Les “réponses” simplistes aux complexités des intérêts capitalistes mutuels entre l’État, les entreprises privées et les menteurs professionnels des médias font de ces complotistes des proies faciles pour les démagogues de droite qui espèrent les utiliser pour leurs ambitions futures. Réduire le questionnement de l’époque covide actuelle à des réponses simplistes et sans nuances rend ces personnes aussi malléables que du mastic (voir : Conspirouettes – https://dialectical-delinquents.com/textes-francais/conspirouettes-2/). Ces politiciens de droite mentiront aussi intensément dès qu’ils auront une certaine marge de pouvoir (tout comme ils mentent aujourd’hui sur les sans papiers, etc.).

On peut voir dans l’hostilité envers ceux qui se méfient fortement des vaccins de l’ARNm le développement d’une sorte de racisme. Le racisme opère dans le cadre d’une politique nationaliste qui exclut les gens à travers ses frontières et se fonde sur les conquêtes impérialistes antérieures et les investissements actuels du capital dans les salaires de misère dans les pays du “Tiers Monde” qui obligent les gens à essayer de trouver une vie meilleure ailleurs. Les étrangers sont rendus responsables de la misère, comme les salaires réduits, infligée par les dirigeants et les patrons. De même, ceux qui ne sont pas vaccinés seront traités comme des lépreux responsables de la poursuite des restrictions imposées par l’État, même si le fait d’être vacciné n’empêche pas la propagation du virus.

Graffiti allemand satirique: “gaz les non-vaccinés”

***

Une partie de l’idéologie de cette opposition en développement consiste à refuser de discuter des vaccins autrement qu’en disant que nous sommes utilisés comme des cobayes parce que les fabricants de vaccins admettent officiellement que la troisième étape de leurs essais ne sera pas atteinte avant 2023. Par crainte d’aliéner ceux qui ont été vaccinés mais qui sont contre le passe-santé, la discussion sur les effets potentiellement désastreux de ces vaccins ARNm essentiellement nouveaux est largement fermée. Mais étant donné que même ces sociétés admettent que ces vaccins réduisent au mieux les symptômes, que les vaccinés peuvent toujours infecter d’autres personnes et qu’il y a beaucoup de personnes qui ont été vaccinées et qui meurent, ne pas discuter du vaccin au nom de l’unité équivaut à de l’autocensure. Ainsi, le fait que certains généticiens, épidémiologistes et médecins dissidents parlent de possibles désastres à long terme causés par le vaccin ARNm (création possible d’un super-virus beaucoup plus résistant aux antiviraux, affaiblissement potentiel de la structure cellulaire, tous les divers effets secondaires accumulés tels que la stérilité potentielle, les fausses couches, la thrombose cérébrale, etc.) et qu’il existe d’autres antiviraux éprouvés (ivermectine, Artemis Annua, etc.) doit être évité parce que “nous ne sommes pas des experts”. Comme si un expert était quelqu’un dont l’opinion devait être automatiquement acceptée sans être remise en question (et cela vaut aussi pour les experts dissidents – Raoult, Perronne, etc). En fait, les entreprises pharmaceutiques ne se soucient pas particulièrement de savoir si leurs vaccins fonctionnent ou non – le but est d’accumuler du capital, de faire des milliards de bénéfices, et dans cette quête, réifier les humains comme cobayes est une étape logique. Les moyens – étendre le vaccin aux enfants dès l’âge de trois ans, obliger les gens à se faire vacciner une troisième fois, etc. – sont essentiels pour atteindre cet objectif. Le fait qu’une majorité des gens a accepté d’être enfermés et maintenant a été vaccinés est révélateur du pouvoir du spectacle qui colonise les émotions et la tête des gens avec une idéologie pour justifier la soumission à la peur. “De toutes les passions, la peur est celle qui assure le plus la soumission aux lois”, comme l’affirmait Thomas Hobbes dans le Léviathan. Ou comme le disait un survivant des camps nazis : “Le système moderne de terreur équivaut à l’atomisation de l’individu… le privant des moyens psychologiques de communication directe… en raison de l’énorme appareil de communication auquel il est exposé”. L’individu dans des conditions terroristes n’est jamais seul et toujours seul. …Penser devient un crime stupide ; cela met sa vie en danger. La conséquence inévitable est que la stupidité se répand comme une maladie contagieuse au sein de la population terrorisée. Les êtres humains vivent dans un état de stupeur – dans un coma moral. Ce que la terreur vise à provoquer… c’est que les gens en viennent à agir en harmonie avec la loi de la terreur, à savoir : que tout leur calcul n’ait qu’un seul but : l’auto-perpétuation. Plus les gens deviennent des chercheurs impitoyables de leur propre survie, plus ils deviennent des pions psychologiques et des marionnettes d’un système qui ne connaît d’autre but que de se maintenir au pouvoir” (Leo Lowenthal, Terror’s Atomization of Man, 1946).

Ensuite, il y a les provaxxers qui se réfèrent invariablement aux vaccins contre la variole ou la polio comme si les vaccins ARNm avaient quelque chose en commun avec ces vaccins standard éprouvés et testés (ceux qui ont reçu les vaccins chinois conventionnels contre le Covid n’ont toujours pas droit au Pass Sanitaire, parce que les vaccins éprouvés et testés ne rapportent pas des milliards à Pfizer et compagnie).

La principale raison du Pass Sanitaire – plus importante que d’aider Big Pharma à accumuler des milliards, et en plus de la destruction de toute confidentialité en matière de santé et du serment d’Hippocrate – est l’intensification du contrôle social, du suivi et du traçage et l’acceptation croissante d’être surveillé en permanence “pour notre propre bien”. Ce qui, surprise, est pour le bien de nos gouvernants qui, si nous décidons de nous révolter alors que les choses empirent invariablement, auront considérablement intensifié leurs moyens de réprimer cette révolte. Et obtenu que les gens acquiescent à cette répression. Une expression anarchiste anglaise “La guerre est la santé de l’État” est devenue ‘La santé’ est la guerre de l’État”.

Ajouté le 31/8/21 :

Remarque : il y a une erreur ici ; Leo Löwenthal n’était pas un survivant des camps – il a fui l’Allemagne lorsque Hitler est arrivé au pouvoir en 1933.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.