paris : 1er mai 2018

Paris : 1er Mai 2018
L’impasse en action

Traduction anglaise ici

English version here

Les quelques paragraphes qui suivent ne sont pas exhaustifs. Par contre, ils tentent de relever, au-delà des invectives des uns, au premier rang desquels nous retrouvons le ministre de l’Intérieur, et des cris de victoire des autres, parmi lesquels nous comptons l’ineffable site « Lundi matin », ce qui permet d’affirmer que le « mouvement social » est aujourd’hui, jusqu’à preuve du contraire, dans l’impasse. A ce titre, la manifestation du 1er Mai, à Paris, en est l’éclatante démonstration, y compris dans ce qui est présenté comme sa transgression, à savoir les quelques violences qui viennent d’en émailler le parcours. Quelques violences en effet car, si les mille personnes du cortège de tête avaient été des émeutiers au plein sens du terme, comme ceux et celles des banlieues déshéritées en 2005, il y aurait eu beaucoup plus de destructions qu’hier et même des combats de rue. Et les difficultés rencontrées par la police pour rétablir l’ordre auraient bien plus sérieuses. Bien entendu, je ne néglige pas la colère qui anime tels ou tels individus qui y ont participé, qu’ils soient encagoulés ou non. En matière de révolte contre ce monde, je n’ai pas de conseils, encore moins de directives à donner à personne. Et je n’apprécie pas la qualité subversive d’actes, individuels et collectifs, à la quantité de lieux dévastés et de véhicules brûlés. Par contre, les signes distinctifs et les règles d’appartenance, ainsi que les jeux de rôles qui les accompagnent ne m’intéressent pas. Y compris ceux propres aux activistes professionnels. Or, la manifestation d’hier a constitué le concentré de toutes les limites actuelles, y compris sous des formes activistes, qui, si elles ne sont pas dépassées, conduisent à la faillite pure et simple.

Le symptôme le plus évident de telles limites, ce fut l’absence presque générale de critiques du capitalisme et de l’Etat, en particulier de l’Etat providence avec, comme corollaire, la concentration de la critique sur Macron. Même la principale banderole du cortège de tête cagoulé en noir annonçait la couleur : « Macron nous met dans une colère noire ! » Ce qui était acceptable par les organisateurs du défilé syndical. Par suite, la critique du syndicalisme a subi le même sort. Plus exactement celle du prétendu syndicalisme de base, pas tant « classiste » que « citoyenniste », dont SUD est l’archétype depuis vingt ans. En règle générale, de telles critiques étaient malvenues, y compris parfois du côté des mal nommés « Black Blocs ». Mais, au fond, il n’y a rien d’étrange à cela. Dans les manifestations de 2016, contre la loi Travail, c’est surtout l’attitude de supplétifs de la police, jouée par le service d’ordre des centrales syndicales, CGT en tête, qui fut stigmatisée, jusqu’au sein de sections syndicales de base. Lesquelles, réduites comme peau de chagrin, comprennent, en particulier dans les entreprises comme la SNCF, de plus en plus de jeunes, parfois hier encore au lycée ou en faculté. Ils sont bien plus sensibles au discours néo-syndicaliste façon SUD qu’à celui, corporatiste, des vieux de la CGT.

C’est l’une des raisons pour laquelle, à la suite de SUD, la CGT a commencé à changer son fusil d’épaule, malgré la résistance du dernier carré des syndicalistes d’antan qui ne pensent qu’à casser du « casseur », comme à l’époque de Krasucki. En position de faiblesse relative, elle tente, depuis quelques années, de puiser des forces additionnelles du côté des « gauchistes » et assimilés qu’elle repoussait hier encore avec violence comme des ennemis. Ce qu’ils étaient souvent bien plus qu’aujourd’hui ! Du moins du côté des libertaires et des autonomes. Dans le cortège syndical d’hier, il était encore possible d’entrevoir de tels dinosaures, qui critiquaient le laxisme de Martinez envers les « anarchistes » et qui lui reprochaient de les avoir laissés prendre la tête du cortège. Lesquels dinosaures étaient sermonnés par des chefs du service d’ordre, à commencer par ceux de l’horrible fédération du Livre, pour leur incapacité à comprendre la situation délicate de leur propre centrale. Bien sûr Martinez a condamné du bout des lèvres les « violences », mais il a évité les envolées délirantes coutumières sur les « casseurs », pour les raisons indiquées ci-dessus. Le communiqué d’hier soir de la centrale de Montreuil est des plus limpides. Lesdites violences sont passées sous silence et elle se félicite de la « convergence en cours ». Ni plus, ni moins.

Par suite, en quoi consiste la prétendue transgression de la manifestation syndicale « merguez frites » effectuée hier par les prétendus « Black Blocs » qui n’ont en commun, pour l’essentiel, avec ceux des décennies précédentes, que l’étiquette commune que leur attribue la police ? En réalité, elle est globalement fictive, à moins de croire que des décalages, au niveau des formes d’action, correspondent à des ruptures, en termes de contenu. C’est sans doute le cas pour tel ou tel individu, mais, à titre de masse agglutinée autour de signes de reconnaissance et de tics de nature activiste, ça ne l’est pas. D’autant plus que, hier, le service d’ordre CGT, le même qui tabassait les lycéens des cortèges de tête il y a à peine deux ans, jouait le rôle de portier ventru de la « convergence ». Ce dont le félicite le site « Paris Luttes Info », chambre d’échos des imbécillités réformistes et post-modernistes proférées à Tolbiac et ailleurs : « Journée confuse et très mobile, mais à certains moment de belles jonctions ont été faites comme quand le SO de la CGT a forcé le cordon de flic pour libérer les gens coincés sur le pont. » Amen !

Ce que ne comprennent pas, dans leur masse, les étiquetés « black blocs » d’aujourd’hui, c’est que la CGT est capable, en partie du moins, d’accepter et même d’absorber, voire même parfois de stimuler, tel ou tel degré de violence lorsqu’elle en a besoin pour redorer son blason, y compris au sein de ses propres sections d’entreprise. Dans ces conditions, le simple décalage des formes d’action amène à jouer, bon gré, mal gré, le rôle de claque turbulente, mais de claque quant même, des tentatives de « recomposition » à gauche de la défunte gauche « caviar ». Ce qui est apparu hier en pleine lumière, c’est que le cortège de tête n’a plus aucun dynamisme propre et que les limites qu’il manifestait déjà il y a deux ans, faute d’être dépassées, sont devenues les facteurs de son institutionnalisation. La chefferie invisible – invisible sauf aux yeux de la police –, organisée en réseau, derrière des phrases deleuziennes sur « l’horizontalité » prétendument hostile au « verticalisme » des partis traditionnels, l’a bien compris. Elle joue donc, derrière des phrases grotesques et en dernière analyse citoyennistes sur la transformation du 1er Mai en « journée d’enfer pour Macron », des partitions analogues, dans des conditions encore moins favorables que celles que concoctait la chefferie de la Gauche prolétarienne à d’autres époques mais dans les mêmes lieux. Rôle préalable à sa transformation en pure apologiste du capital et de l’Etat. A bon entendeur, salut !

André Dréan
Paris, le 2 Mai 2018

Encadré

« Aujourd’hui les manifestants ne manifestent plus que pour eux-mêmes et pour le pouvoir, c’est-à-dire pour les médias, en plein narcissisme politique. Dans les manifs, la gauche regarde le pouvoir et les gauchistes regardent la gauche, l’un et l’autre installent leur service d’ordre et manifestent dans le calme à l’intention du public absent ; et les autonomes, à leur tour, manifestent dans l’offensive à l’intention des gauchistes, au même moment, au même lieu, dans le même cadre, à quelques différences près dans l’uniforme. Le système manif est maintenant au point, dans ses deux versions : sans incidents et avec incidents (…). A-t-on remarqué que dans les manifs, par exemple celles du 1er Mai ou de la gauche en général, les banderoles des syndicats, entreprises, sections de partis… sont si nombreuses et si rapprochées qu’elles ne peuvent de toute façon être lues par personne et n’ont d’usage que pour ceux qui les portent, comme les slogans n’en ont que pour ceux qui les crient ? S’il y a encore du monde dans les manifs, ce n’est pas tellement parce que survit l’espoir qu’il s’y passe quelque chose ou que le sens en soit différent des précédentes ; c’est plutôt parce que la rue pour les manifs reste, avec la Mutualité pour les meetings et l’Université pour les AG, l’un des quelques espaces banalisés, aménagés ou abandonnés par le pouvoir, afin que puissent s’y rassembler de façon contrôlable ceux à qui il ôte par ailleurs toute possibilité de se constituer eux-mêmes des cadres d’action commune. Voilà ce que ne comprennent pas les offensifs qui croient choisir ces espaces d’intervention alors qu’ils n’y sont que relégués. Ce qui ôte aux manifs toute capacité de signification autonome, c’est qu’il ne s’y concrétise pas de relations réelles entre des collectivités agissantes et le milieu auquel elles s’adressent (…) Ni les autonomes, ni les gauchistes, dans leur identique dépendance à l’égard des formes politiques intégrées, ne sont en mesure d’en transformer la nature. Déjà les autonomes, retombant dans les attitudes de ceux qu’ils critiquent tant, se félicitent d’avoir été là, d’avoir pu crier leurs slogans, d’avoir été présents, c’est-à-dire vus, repérés, commentés par leurs adversaires et par les médias. Et leurs justifications théoriques présentées comme des débats de fond se réduisent à peu près toutes à l’unique argument, irréfutable en soi : l’inutilité des manifs traîne-savates. Mais l’inutilité des manifs traîne-savates ne prouve pas l’utilité des manifs avec harcèlements (…). Pour éviter tout malentendu : prendre acte de certains actes violents comme significatifs du niveau de désintégration de l’ordre établi, c’est une chose. Théoriser ces actes et les recommander en les élevant au rang de conduites porteuses de capacités merveilleuses de subversion globale et généralisée, c’est tout autre chose. »

« Autonomie, violence et politique », juin 1978

 

PS

Vu mon petit compte rendu de la manif du 1er Mai à Paris, certains m’ont déjà demandé si je ne caricaturais pas la situation, du moins en ce qui concerne les étiquetés “black blocs”. Je ne le pense pas. Dans le compte rendu, je mets pas mal de bémols, en évitant d’assimiler a priori n’importe quel révolté, encagoulé ou non, à la chefferie “invisible”. Par contre, je pense qu’il est impossible d’apprécier ce qui s’est passé à Paris en passant sous silence le rôle de ladite chefferie, en France et ailleurs qui, derrière des grandes phrases démagogiques sur les “ravages à organiser à l’occasion du 1er Mai”, rassemble effectivement pas mal de monde sur des bases minimalistes, essentiellement “anti-macroniste” avec ce que cela implique comme escamotage du rôle de l’Etat providence en France, du rôle des syndicalistes, etc. En ce sens, l’appel vulgairement manipulatoire tiré de l’un des numéros d’avril de “Lundi matin”, ci-joint (le surlignage en jaune est de moi) [voir au dessous de ce texte], a, hélàs, eu des échos certains en France et à l’étranger. J’ai eu l’occasion de m’en rendre compte de visu dès le mois d’avril. D’où la composition “internationale”, souvent sur des bases étroitement anti-fascistes, anti-libérales, etc, déjà manifestes dans la manifestation de la CNT partie de la place des Fêtes. C’est l’un des raisons pour laquelle je me refuse à assimiler a priori les”encagoulés” en bloc à des “black blocs” d’antan. Par expérience, je peux assurer que, il y a presque vingt ans déjà, les premiers “blacks blocs”, malgré leurs limites, avaient très souvent en tête bien d’autres choses que des critiques au ras des paquerettes du “néo-libéralisme”. Comme d’ailleurs pas mal d’autonomes libertaires de la fin des années 70 en Allemagne, auxquels ils faisaient référence.

 Voir : Lundi Matin Appel pour Paris

3 Responses to paris : 1er mai 2018
  1. Reçu par mail:

    “Depuis le 1er Mai, à Paris, il y a quelques discussions et réunions informelles sur la région parisienne entre personnes des « milieux » parisiens ou venus d’ailleurs. En réalité, il y a pas mal d’interrogations sur les prétendues « transgressions », plus ou moins violentes. Mais de telles critiques sont faites en privé, rarement en public, entre autres sous le prétexte qu’il « ne faut pas faire le jeu de la répression » et « apporter de l’eau au moulin de la propagande d’Etat contre les émeutiers ». Attitude plutôt partagée par les jeunes anarchistes domicilés à Paris qui, pourtant, sont hostiles au « parti invisible ». Avant l’action, il faut la fermer au nom de « l’unité d’action », pendant l’action « ce n’est pas le moment, il y a urgence », après l’action « il faut défendre les camarades », etc. C’est du Fernand Raynand : « Avant l’heure, c’est pas l’heure ; après l’heure, c’est plus l’heure, disait mon colonel. » Nous sommes régulièrement confrontés à de tels sophismes qui justifient l’autocensure et, de facto, l’acceptation du système de chefferie occulte.

    Evidemment, il ne faut pas prendre tous les individus, en particulier ceux qui sont venus pour le 1er Mai à Paris pour de vulgaires supporters du « parti invisible ». Ceci dit, nous assistons depuis presque deux ans, à Paris, à des transumances plus ou moins régulières pour « apporter notre pierre à la destitution de Macron » et pour « approfondir la situation potentiellement révolutionnaire en France », « le dernier pays d’Europe à résister vraiment au néo-libéralisme », m’a affirmé l’un de ces voyageurs hier encore. A ma question : « Pourquoi venir à Paris, et pourquoi le 1er Mai », la réponse a été à la « hauteur » des illusions et des préjugés de la personne : « Parce que Paris est le centre du pouvoir en France » et parce que « la manifestation du 1er Mai est celle des prolétaires révoltés [en l’occurrence la personne faisait reférence au syndicalisme « révolutionnaire » de SUD !] et « parce que c’est le cinquantenaire de Mai 68 ». En d’autres termes, Paris reste le nombril du monde « révolutionnaire », affirmation de Marx déjà erronée en 1848, et depuis longtemps totalement délirante. C’est du centralisme « à l’envers », ni plus, ni moins, tel qu’il a déjà été dénoncé à l’occasion des « contre-sommets » Cf. la brochure « De la suite dans les idées : quelques critiques de la pratique des contre-sommets », https://infokiosques.net/lire.php?id_article=731

    L’attitude de mon interlocutrice était très partagée. Même du côté des prétendus « casseurs » du 1er Mai. Je n’ai pas remis en cause sa volonté d’en découdre avec la domination mais elle me rappela l’aphorisme de Nietzsche, je cite de tête : « L’espoir et le désespoir sont des illusions symétriques. L’esprit passe facilement de l’un à l’autre ». C’est évidemment sur de tels « espoirs » que compte la chefferie « invisible » qui, derrière ses cris insurrectionnels démagogiques, rencontre les responsables de SUD, tente d’avoir des activités communes avec eux et racole dans ce sens.”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

*